Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2014

Le danger créé par les troupeaux de vaches

Les usagers des routes en milieu rural ont tous rencontré le matin et le soir des troupeaux de vaches traversant ou longeant les routes nationales ou départementales pour entrer ou sortir de l'étable.

Certains troupeaux sont bien encadrés réglementairement par contre d'autres vont et viennent à leur guise souvent en étant poussés par l'agriculteur sur un quad. Si la plupart des usagers prennent leur mal en patience d'autres tentent de passer et il n'est pas rare de voir une voiture quelque peu cabossée sans compter une altercation avec le propriétaire.

2 agriculteurs du pays Quingeois, face à ce problème et soucieux de la sécurité, ont entamé des démarches qui vont aboutir par la construction de 2 boviducs (passage souterrain pour les animaux). Il est vrai que leurs troupeaux sont amenés à traverser la nationale 83. La visibilité de part et d'autres des 2 passages en traversée perpendiculaire est de 300 M environ.

Un petit village au pays des portes du Haut Doubs  est traversé par la départementale 32 qui est très régulièrement empruntée. Une grosse ferme est située à l'extérieur du village. Son troupeau de 120 vaches laitières empruntent une sortie non officielle située en dos d'âne et en virage avec une visibilité très réduite voir quasiment nulle. Qu'arriverait il en cas d'incident ou d'accident ?  La responsabilité de l'agriculteur serait évidemment lourdement engagée.

Là un boviduc serait parfaitement adapté pour résoudre les problèmes de sécurité. Mais voilà qui va payer ? Les services des routes du département, la commune et le propriétaire ! Le cout d'un boviduc est estimé environ à 300.000 €.

Il y a 3 ans sur cette même départementale mais à l'entrée d'un autre village une automobiliste a percuté violemment un troupeau qui traversait la départementale. Résultat : une blessée, un automobile détruite et plusieurs vaches blessées gravement et qui ont du être euthanasiées sur place.

La sécurité n'a pas de prix et c'est l'affaire de tous ! y compris des élus !

 

11/06/2014

La Sommette vue du ciel

Dimanche 8 juin il fallait être matinal pour voir la préparation de 3 montgolfières et leur envol.

5 personnes du village attendaient à 5 h 30 Pascale, Odile et Anne-Marie avec leurs accompagnateurs venus de Strasbourg, Nancy et Belfort. Les aérostières (eh oui des femmes pilotes) ont préparés avec minutie les aérostats avec l'aide de leurs accompagnateurs mais aussi de ceux qui allaient voler. Les conditions météo étaient très favorables et la prairie mise à disposition par un agriculteur permettait une préparation aisée. Les aérostats se sont envolés vers 6 h 45 avec les 5 invités qui avaient pris place dans les nacelles des 2 grosses montgolfières de 3.000 m3 tandis que la petite montgolfière de 1.600 m3 les accompagnait. Les voitures suivaient par la route avec les repères visuels et aussi guidés par téléphone. Au bout d'une heure de vol 2 aérostats se sont posés à Ouvans (9 kms à vol d'oiseau) tandis que l'autre s'est posé un peu plus loin à Vellevans (14 kms). Si certains des invités avaient déjà volé 2 autres  ont eu leur baptême avec une certaine appréhension mais dès le retour sur le plancher des vaches ont pu dire : que du bonheur d'être dans le ciel.

Merci Pascale, Odile et Anne-Marie.

Photo Jean-Jacques Compagnon

DSC_0461 (Personnalisé).JPG

L'envol. Aurélie n'aie pas peur !

Photos Sylvain Vivot

DSCN2188 (Personnalisé).JPG

Montages des nacelles

DSCN2231 (Personnalisé).JPG

 

La Sommette vue du ciel

 

30/05/2014

Voyage en Alsace

Les anciens pompiers bisontins aiment à se retrouver au cours d'une sympathique journée de ballade.

Samedi dernier 40 d'entre eux sont partis de Besançon en bus pour visiter Colmar et les environs. Après la visite du centre historique de Colmar en petit train le bus est parti à Riquewihr charmant village de 1.000 habitants aux 25 restaurants et presque autant de viticulteurs. La visite d'une cave a permis de comprendre le travail du viticulteur mais aussi de déguster ses vins. Des cigognes nous ont  rendus visite sur le parking des bus. Un resto typiquement alsacien nous a accueillis pour déguster des plats eux aussi typiquement alsaciens. A quelques kilomètres de là, Hunawihr, le centre de réintroduction des cigognes et des loutres nous a permis de voir comment les cigognes, loutres, ragondins, cormorans étaient élevés, nourris et réintroduits dans la nature.

Mon coup de cœur a été de voir le nourrissage des cigogneaux âgés à peine de quelques jours.

Et voilà 17 h 30 il aura fallu remonter dans le bus pour revenir sur Besançon.

Toutes et tous n'ont pas manqué de prendre des nouvelles de ceux qui n'avaient pas pu faire le déplacement.

Une journée magnifique grâce à la parfaite organisation de Patrick et Guy, aux conditions météo très favorables mais aussi grâce à la convivialité dans le groupe.

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_0425 (Personnalisé).JPG

Riquewihr, en route pour le resto

DSC_0427 (Personnalisé).JPG

Pas effarouchée dame cigogne sur le parking des bus

DSC_0431 (Personnalisé).JPG

Présentation d'un ragondin

DSC_0448 (Personnalisé).JPG

Mon coup de cœur, 3 cigogneaux âgés de 8 jours

 

03/05/2014

Les vieilles voitures sont de sortie

Jean-Marc et Lionel sont amis dans la vie et dans la passion des vieilles voitures.

L'un possède un cabriolet rouge 403 Peugeot de 1959 ayant appartenu à un célèbre accordéoniste français disparu en 2013 mais aussi un autre cabriolet 403 tout aussi ancien et qui a servi au tournage de nombreuses séries américaines par un célèbre inspecteur de police. L'autre possède un cabriolet Mustang de 1960 avec un gros moteur.

Les deux compères ont organisé depuis la région de Belfort une sortie dont le but était La Sommette. Accueillis par le maire et le président du comité des fêtes 28 équipages accompagnés de leur famille ont présenté leurs véhicules aux nombreux visiteurs et ils ont partagé un convivial piquenique à la salle d'animation. Il y avait parmi ces voitures anciennes des Peugeot (403, 203, 304), des Citroën, Renault, Ford, Simca. Le cheminement aller et retour s'est fait sur la base de feuilles de route contenant des charades et devinettes. Aux dernières nouvelles personne ne s'est perdu. Les brins de muguet étaient à l'honneur en ce jour du 1er mai. En raison de la pluie les cabriolets n'ont pas pu se découvrir. 

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_0363 (Personnalisé).JPG

Ca sent bon l'accordéon

DSC_0364 (Personnalisé).JPG

Vroum Vroum  le cheval se cabre

DSC_0362 (Personnalisé).JPG

203 Break familial de 1954

remarquez la coïncidence  de la plaque d'immatriculation

13/04/2014

Les chasseurs protecteurs de la nature et de la faune

La chasse, ce n'est pas aller dans les bois avec son fusil et tirer sur tout ce qui bouge, d'ailleurs c'est très bien réglementé. C'est aussi et surtout respecter et protéger la nature et la faune.

Soucieuse de protéger le biotope et les terrains des exploitations agricoles l'ACCA de La Sommette a mis au point un projet à court terme avec l'agrainage dans la forêt (dispersion d'aliments) et un autre projet à long terme. Avec le soutien de la fédération départementale de la chasse, de la municipalité et de l'office national des forêts les chasseurs et leur président Serge ont plantés récemment une centaine d'arbres sauvages (pommiers, poiriers, alizés, sorbiers des oiseaux ...). Ces arbres, une fois adultes dans quelques années, produiront des fruits destinés à la nourriture des animaux peuplant la forêt évitant à ceux ci de pénétrer dans les cultures et éviter ainsi des détériorations. Après avoir planté tous ces arbres les chasseurs se sont retrouvés à la cabane de chasse pour un convivial repas entre amis.

Photo JJ C

DSC_0316 (Personnalisé).JPG

Petit arbre deviendra grand et nourrira les animaux

12/04/2014

L'école d'autrefois

Des photos d'école sont publiées régulièrement dans notre journal régional. Ces photos datent des années 1930 à 1980.

Cela peut être l'objet de retrouvailles plusieurs décennies après. Aujourd'hui une photo que l'on m'avait confiée a été publiée (1962/1963). Ce matin une lectrice du pays de Montbéliard s'est reconnue 51 ans après. Elle m'a demandé qui m'avait confié cette photo.

Voilà donc Viviane de Montbéliard et Françoise des Monts-de-Villers qui se retrouvent 51 ans après. Que de souvenirs !

Scan photo JJ C

Image (127).jpg

Ecole de Courtefontaine (pays de Montbéliard) 1962/1963

14/03/2014

Fille d'un prètre et d'une religieuse

Image (159).jpg

Aux éditions Kero. 160 pages. www.editionskero.com

Dynamique sexagénaire Anne-Marie a voulu faire tomber un tabou et révéler au grand jour le lourd secret de sa naissance.

Anne-Marie est née en 1951 d'un père prêtre et d'une mère religieuse infirmière. Son père, l'abbé Prosper, était originaire de Vellerot-les-Vercel un sympathique village des Monts-de-Villers. Sa maman Marie-Paule (son vrai prénom était Paulette) était originaire de Corse. C'est  au cours d'un ministère commun à Oran (Algérie) qu'ils se sont connu  et aimé. A l'époque quel tabou quelle honte ! il fallait cacher la vérité. Ce n'est que vers les années 1967 que cette vérité a été mise aux yeux de tous. Mais qu'en est il aux yeux de l'église ?

Anne-Marie a écrit récemment un livre " Le droit d'aimer ". Un ouvrage récit de sa vie, de celle de ses parents. Il lui fallait rendre justice à ses parents et réhabiliter leur mémoire. Pour les autres enfants de prêtres Anne-Marie a créé une association " Les enfants du silence ".

Je viens de lire ce récit. Croyez moi il est poignant.

 

04/03/2014

Les éoliennes

Il y a quelques années on voyait ici et là des éoliennes de plus de 100 mètres de hauteur, de vrais monstres métalliques. Actuellement il y a encore beaucoup de projets d'implantation. Beaucoup de défenseurs de la nature se rebiffent de voir dans des endroits touristiques des projets de mettre  en place. Ces projets, dont certains ont été refusés, font partie des compétences des communautés de communes (eh oui la manne financière !). Actuellement une éolienne de 2 MW revient à 2.000.000 €. L'électricité est revendue au prix fort à EDF (2  fois le prix de vente au public). Ces tarifs s'apparentent au moyen des ressources de l'état donc du contribuable ! Verra t-on bientôt l'équilibre de ce prix de vente EDF/Usagers ! La cour européenne se penche sur le problème. Les installateurs vont faire grise mine car la production d'électricité se vendra au prix public d'EDF. Verra t-on un jour l'arrêt de ces installations ? pour installer des éoliennes nouvelles générations 2 à 3 fois moins chères, 2 à 3 fois moins encombrantes et aussi puissantes. La tendance serait aussi à l'implantation d'éoliennes individuelles  nouvelle génération pour desservir des endroits isolés et directement chez le consommateur.

Récemment j'ai visité le site éolien du Lomont. Un nombre important d'éoliennes de 2 MW qui fournissent à EDF au prix fort l'équivalent d'énergie pour 22.000 habitants.

Photos Jean-Jacques Compagnon

Rémy Eoliennes (4).JPG

Rémy Eoliennes (8).JPG

Article de presse du 20/12/2013

Image (158).jpg

29/01/2014

Quand un catamaran prend la route

Quand on parle de chantiers navals on pourrait penser chantiers sur le bord de la mer ou l'océan. Mais dans le Haut Doubs à Villers-le-Lac vers la frontière suisse il y a les chantiers navals franco suisses. Depuis 30 ans des vedettes panoramiques pour les visites des sites aquatiques, des barques dédiées aux ballades dans les grottes aquatiques ... sortent des ateliers. Ces vedettes vont à leur port d'attache ici et là et notamment dans les bassins du Doubs (7 kms de méandres dans un cadre magnifique qui conduit au saut du Doubs) . Ce parcours en méandre fait la frontière franco/suisse.  

Lundi est sorti un catamaran aux dimensions impressionnantes 17 m de long 7 m de large pour un poids de 50 tonnes et donc la propulsion est totalement électrique (12 tonnes de batteries rechargeables par des panneaux solaires). Le plus gros engin jamais sorti des ateliers. Ce catamaran, commandé et fabriqué sur mesures, a été chargé sur une remorque spéciale à destination de son port d'attache dans la région lyonnaise. Un convoi exceptionnel hors du commun. Après son baptême il servira au tourisme fluvial et aussi d'affaires. Mardi vers 10 h 30 il a quitté Villers-le-Lac et lui faudra plusieurs jours pour arriver à destination. J'ai pu voir mardi après midi la traversée du Valdahon  et le franchissement des deux ronds-points (voir photos) . Quelle dextérité des chauffeurs de convoi ! Impressionnant !

Ce catamaran fait la fierté des chantiers navals mais aussi des autres entreprises qui ont collaboré à sa construction. Dans le Haut-Doubs il n'y a pas que l'horlogerie et la production de fromage de Mont D'Or !

Mais il n'y a autre chose ! Les chantiers navals proposent la visite du saut du Doubs par les méandres en vedettes panoramiques à propulsion électrique. Une autre vedette est dédiée à la croisière repas. Une magnifique ballade en famille ou avec des amis. En raison de la climatologie des lieux les services ne fonctionnent que de Pâques à la Toussaint.

Sur le site www.vedettes-panoramiques.com vous pourrez appréhender la beauté de cette région et voir les différents services proposés. 

Le Haut-Doubs est accueillant. Venez le visiter . Venez connaitre cette magnifique promenade dans les méandres du Doubs qui prend sa source à Mouthe (à environ 50 kms non navigable).

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_0233.JPG

Chargement millimétré

DSC_0245.JPG

Franchissement d'un rond-point par la gauche à Valdahon

08/01/2014

Des nouvelles des Barrand

Voir la note du 14/02/2011 titrée Sauvons les Barrand.

Vous avez été nombreux récemment à me demander des nouvelles de cette affaire. Voilà ce que je viens d'apprendre aujourd'hui.

Une sordide affaire de bornage de terrain. Des batailles juridiques incompréhensibles. Une incompréhension du maire qui au-delà d'une affaire qui aurait du se terminer en conciliation a vu la famille Barrand ruinée de la part la volonté du maire sans compter sur l'obstination de cette famille.

Maintenant les bornes des terrains sont posées mais chacun campe sur ses positions. Le maire, par ailleurs apparenté par alliance  à cette famille, ne se représente pas aux élections municipales ainsi que ses sbires . Ce qui aura pour effet de régler définitivement cette affaire.  

Dans un article de presse le maire a cité en outre Onze années de procédures juridiques m'ont également épuisé. Mais il n'a pas dit que ça avait également épuisé la famille Barrand. Les élections de mars 2014 verront la sérénité revenir  au village.