Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2015

Un dimanche à la chasse. Hommage à Louis Pergaud.

Initiée par la fédération départementale de la chasse la journée "Un dimanche à la chasse" dont le slogan est "Chassez les idées reçues" a eu lieu ce dimanche 18 Octobre à Landresse, village où Louis Pergaud, le célèbre auteur de La Guerre des Boutons, fut instituteur de 1905 à 1907. Louis Pergaud était un fin chasseur.

Dans le cadre des animations en cours d'année pour célébrer le 100e anniversaire de sa disparition en 1915 lors la première guerre mondiale la fédération départementale a proposé la reconstitution d'une partie de chasse aux lièvres avec tenues et fusils d'époque. Grâce à la participation des responsables fédéraux, de la société locale de chasse, du gérant de la Ferme de Simolière éleveur de chiens "Porcelaine", de la municipalité, de la population cette reconstitution a connu un grand succès.

Avant le départ les invités ont pu découvrir des armes anciennes et aussi entendre les propos de bienvenue du maire, des responsables fédéraux, du responsable local et aussi entendre un admirable texte rendant hommage à Louis Pergaud chasseur. Les invités ont reçus les brochures démontrant que la chasse actuelle ne doit pas être vue de travers par les non chasseurs.

Les 40 invités qui se sont rendus sur le lieu de chasse en calèche ou à pied ont pu comprendre et voir ce qu'est une vènerie à pied. 8 chiens ont été lâchés et ont senti, cherché au travers des prairies le gîte nocturne du lièvre pour aller le retrouver dans le gîte diurne en lisière de forêt. Après 3 heures de recherche un lièvre a été levé. Mais il a eu la vie sauve grâce à l'interdiction de tirer (en raison d'un grand nombre d'invités). Les 2 chasseurs, accompagnant les chiens guidés par leur maitre, en tenue d'époque portaient en bandoulière des fusils non armés de la même époque du début du XX e siècle. L'un d'entre eux avait l'honneur de porter le fusil acheté par Louis Pergaud en 1910, lequel fusil était le premier fusil moderne de l'époque.

Au retour et après le verre de l'amitié les organisateurs, les chasseurs et les invités se sont retrouvés autour d'un buffet typiquement bien de chez nous qui a permis un échange fructueux entre chasseurs et non chasseurs et pour certains de "chasser les idées reçues".

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_1553 (Personnalisé).JPG

Les invités attentifs au propos du maitre des chiens

DSC_1555 (Personnalisé).JPG

Deux chasseurs en tenue d'époque présentent 3 chiens "Porcelaine"

Celui de droite a l'honneur de porter le fusil de Louis Pergaud

DSC_1560 (Personnalisé).JPG

Une invitée a l'honneur de tirer (à blanc) avec le fusil de Louis Pergaud

 

Photo d'époque. Capture sur panneau

DSC_1561 (Personnalisé).JPG

Louis Pergaud à la chasse

Un comice agricole qui a tenu ses promesses

Vellerot-les-Vercel un petit village de 60 habitants des Monts-de-Villers et très proche du pays de la Guerre des Boutons le célèbre roman de Louis Pergaud qui fut instituteur à Landresse, le village voisin, en 1905/1907.

Après avoir obtenu récemment une première fleur au concours régional des villages fleuris, Vellerot-les-Vercel peut afficher sa satisfaction pour la réussite du comice agricole du 17 octobre.  C'est tout un village qui s'est mobilisé pour la préparation de ce comice, que se soit pour la préparation du site, la décoration du village, la réception des vaches montbéliardes, des éleveurs, des visiteurs et aussi l'intendance. 

Les 1.500 visiteurs ont pu admirer 390 vaches montbéliardes présentées par 47  éleveurs du canton de Pierrefontaine-les-Varans et aussi voir le travail des juges experts en charge des notations suivant les différentes catégories. Le clou de ce comice c'est l'admiration devant les différents lots d'ensemble, groupe de 5 à 10 vaches parfaitement alignées et parées comme des starlettes se présentant à un concours de beauté ou une élection de miss. Sans oublier les différentes animations pour toutes et tous.

De très nombreux prix ont été attribués dans les différentes catégories.

Dans la matinée les organisateurs ont été très surpris de voir arriver un grand bus qui semblait un peu paumé au milieu de ce comice. En effet un groupe de 80 éleveurs autrichiens en voyage d'agrément dans la région et ayant eu vent de la tenue de ce comice ont fait le détour pour voir un comice bien de chez nous. Evidemment ils ont été accueillis à bras ouvert par les organisateurs qui les ont guidés et donné les explications sur la tenue d'un comice, l'élevage de vaches montbéliardes, la sélection, la transformation du lait en produit AOC dont le fameux Comté qu'ils auront pu déguster. Après le repas pris en commun les éleveurs autrichiens sont repartis sur leur périple touristique en gardant une remarquable impression du contact avec leurs collègues éleveurs du canton et aussi avec les visiteurs. Cette rencontre imprévue restera dans la mémoire de tous.

 

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_1496 (Personnalisé).JPG

Journée inoubliable pour les éleveurs venant d'Autriche  

DSC_1520 (Personnalisé).JPG

Un magnifique lot d'ensemble

DSC_1513 (Personnalisé).JPG

La relève de demain

DSC_1529 (Personnalisé).JPG

Morgane lauréate du concours des jeunes meneurs

26/09/2015

72 e anniversaire des 16 fusillés de la Citadelle

 

Samedi 26 septembre 2015

Aujourd'hui cela fait 72 ans que 16 résistants sont tombés sous les balles du peloton d'exécution à la citadelle de Besançon (voir les notes précédentes).

Dans les années passées un grand cérémonie de souvenir avait lieu le dernier dimanche de septembre au rocher de Valmy. Maintenant il y a juste un dépôt de gerbe en comité restreint en ce jour anniversaire. En effet l'accès à cette stèle est trop difficile pour les personnes âgées. Le dimanche une cérémonie aura lieu au monument aux morts du village de Larnod en présence des autorités, des membres de famille des héros qui ont perdu la vie en défendant notre territoire et des représentants des associations patriotiques.

En ce samedi 26 septembre 2015 l'émotion était palpable notamment au moment de l'appel aux morts des 20 noms des résistants des groupes Marius Vallet et Guy Mocquet qui sont gravés sur la plaque (16 ont été fusillés le 26 septembre 1943 et 4 ont été déportés et n'en sont jamais revenus).

Photo Jean-Jacques Compagnon

DSC_1472 (Personnalisé) (2).JPG

72 ans après en souvenir de nos héros

Dimanche 27 septembre 2015

Après un office religieux sous chapiteau au centre du village toute le monde était réuni autour du monument aux morts pour rendre hommage aux 16 fusillés du 26 septembre 1943. 4 appartenaient au groupe Marius Vallet et 12 au groupe Guy Mocquet.

Le maire de Larnod a reçu le maire de Avanne (village voisin) les autorités préfectorales, régionales, départementales, les élus locaux, les associations patriotiques, 52 portes drapeaux, les familles de résistants, les habitants du secteur. La famille de Saturnino Trabado du groupe Marius Vallet fusillé ce 26 septembre 1943, qui n'a pas pu faire le déplacement depuis Barcelone, était représentée par le neveu de Jean Compagnon fusillé lui aussi. D'autres maires de villages voisins qui ont été aussi la plaque tournante d'activités de résistance étaient présents.

Un grand moment d'émotion quand les orateurs (le sous-préfet, le maire du village et le président de l'association en souvenir du groupe Guy Mocquet) ont salué le courage de ceux qui ont payé de leur vie pour la défense de notre intégrité.

Claire Martin a brillamment interprété le Champ des Partisans.

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_1493 (Large).JPG

Reconnaissance envers nos martyrs

DSC_1495 (Large).JPG

Le Chant des Partisans

21/09/2015

Une marche gourmande bien sympathique

 

Une première bien réussie !

Première marche gourmande mise sur pied par Villers-Chief Association et le comité des fêtes de Eysson le dimanche 20 septembre.

Les conditions météo très mauvaises de la veille et de la nuit laissaient présager le pire. Mais Dame météo a montré ses beaux moments à partir du dimanche matin.

250 marcheurs se sont élancés par petits groupes sur un périple de 15 kms au travers des prairies et des forêts au départ de Villers-Chief sur Eysson et retour.

Premier arrêt à la cabane des chasseurs de Villers-Chief pour l'apéro et les amuses bouches dans le chapiteau de la fruitière de Brémondans. Passage sur la commune de Domprel. Deuxième arrêt dans la forêt de Grandfontaine-sur-Creuse pour les entrées (sous chapiteau). Troisième arrêt à la salle des fêtes de Eysson pour la viande et le fromage. Quatrième arrêt à la sortie du Moulin de Creuse à Villers-Chief pour un rafraichissement bien mérité mais aussi pour tester des produits laitiers dont il fallait deviner avec quoi ils avaient été aromatisés (des produits mal connus). Retour sur le point de départ (le préau de l'ancienne école de Villers-Chief) par la grande montée, environ 1.000 mètres avec un dénivelé de 280 mètres. Dur dur pour les mollets ! Les quads chargés de la sécurité des marcheurs n'ont pas eu à intervenir. Et à l'arrivée un délicieux dessert et café apportaient le réconfort final.

Toutes et tous ont pu féliciter les organisateurs tant pour la qualité de l'accueil, la régularité des départs des groupes, la qualité des stands de restauration, la sécurité tout au long du parcours.

Les badges que chaque marcheur avait autour du cou ont été récupérés afin de déterminer le vainqueur du tirage au sort.

Une très belle journée qui aura permis de faire de nouvelles connaissances. Certains marcheurs venaient d'ailleurs.

Félicitations aux organisateurs et aux 50 bénévoles et encore merci.

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_1465 (Personnalisé).JPG

Le verre qu'il ne fallait pas perdre

DSC_1481 (Personnalisé).JPG

L'arrêt rafraichissement et le Jeu du Goût vers le Moulin de Creuse

DSC_1477 (Personnalisé).JPG

Fabienne, Julie et Marine les 3 cousines 

 

 

09/09/2015

Mercè et Nùria TRABADO invitées à la commémoration du 71e anniversaire de la libération de Besançon

Mercè et Nùria Trabado étaient venues en février pour un voyage mémoire sur le parcours de leur grand-père Saturnino Trabado résistant et membre du groupe Marius Vallet fusillé à la Citadelle le 26 septembre 1943 (voir les notes des 08 et 19 février 2015).

Jean-Louis Fousseret maire de Besançon avait tellement été ému de leur voyage mémoire qu'il les a invitées officiellement  au 71e anniversaire de la libération de Besançon le 8 septembre 1944.

Mercé et Nuria Trabado accompagnées de leurs enfants (Oriol, Alba et Nùria) sont venues tout spécialement de Barcelone pour participer à cette commémoration du 8 septembre.

Le lundi 7 septembre la famille Trabado a refait le parcours fait en février (Rocher de Valmy, visite des anciens entrepôts Carmille à Larnod, visite des villages de Cessey et Goux-sous-Landet où Saturnino avait séjourné en 1942 et 1943 avec rencontre des anciens qui avaient connu leur grand-père).

Mardi après midi elles se sont rendu à la Citadelle de Besançon pour revisiter le musée de la résistance et de la déportation en attendant 19 h le début de la cérémonie.

La famille Trabado a été reçue par Jean-Louis Fousseret maire de Besançon et installée dans la tribune officielle.

Quel moment d'émotion quand le maire a cité dans son discours la présence de cette famille.

J'ai eu l'honneur d'être à leurs cotés.

Cette cérémonie sobre a rappelé le sacrifice de ceux qui ont combattu pour la liberté du territoire. Beaucoup ont payé de leur vie.

Toutes et tous ont pu côtoyer avec respect  Robert Delacroix, un porte drapeau, qui fêtait ce jour son 101e anniversaire.  

Photos Jean-Jacques CompagnonDSC_1489 (Personnalisé).JPG

Au centre du 1er rang la famille Trabado

 

DSC_1493 (Personnalisé).JPG

C'est là que leur grand-père et arrière-grand-père est tombé sous les balles ennemies

DSC_1487 (Personnalisé).JPG

Honneur et respect

Robert Delacroix fête ici son 101e anniversaire

 

Merci à Aurélie, Cécile et Marcel

31/08/2015

Les villages fleuris

Vellerot-les-Vercel 60 habitants, un des plus petits villages du canton de Pierrefontaine-les-Varans peut être fier de son fleurissement grâce à la volonté de la municipalité.

Un magnifique sapin composé de 80 pots de fleurs trône sur la place de la mairie et à ses pieds un objet d'art attend les voyageurs sans compter avec les autres fleurissements et décorations.

Après avoir passé le cap de la visite du jury départemental des villages fleuris, c'est maintenant la visite du jury régional avec à la clé l'attribution de 2 ou 3 fleurs.

Venez visiter ce charmant village fleuri et aussi admirer sa fontaine rénovée sans oublier la fraicheur du lavoir de Francheté. Vous serez aux Monts-de-Villers et aussi au pays de la "Guerre des Boutons" le célèbre roman de Louis Pergaud qui fût instituteur à Landresse (village voisin) de 1905 à 1907.

Vellerot-les-Vercel accueillera le comice agricole cantonal le 17 octobre 2015. La fête des vaches de race montbéliarde  mais aussi la fête du monde rural.

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_1446 (Personnalisé).JPG

Ca mérite bien l'attribution de 2 fleurs ou plus

DSC_1445 (Personnalisé).JPG

La retraite et l'art de la sculpture à la tronçonneuse

10/07/2015

Sympathique pique-nique avec les anciens pompiers de Besançon

Des conditions météo très favorables, un cadre idéal, la bonne humeur de toutes et tous ont été le succès de cette journée.

Partis de Besançon en covoiturage ils se sont retrouvés sur le site de Malpas aux Grangettes dans les hauteurs du lac Saint Point. Une vue superbe ! Après l'apéritif offert par la section des anciens chacun a pu dresser sa table sous l'abri mis à disposition par la municipalité et déballer la glacière. Le rosé était bien frais ! 

Après le pique-nique les plus courageux ont rejoint les bords du lac et sur le site on pouvait entendre le choc entre les boules de pétanque tandis que les dames se mesuraient dans un jeu de quilles.

Merci à Isabelle, Mado, Patrick et Guy qui ont si bien préparé cette journée.

Photo Jean-Jacques Compagnon

DSC_1377 (Personnalisé).JPG

Même Princesse était de la partie

06/06/2015

Honneur à celles et ceux qui ont combattu pour notre liberté

Récemment 4 grands noms de la résistance sont entrés au Panthéon : Germaine Tillon, Geneviève De Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay.

Vendredi un vibrant hommage a été rendu à Germaine Tillon à la citadelle de Besançon en même temps que le vernissage d'une exposition  "Les armes de l'esprit". En deux temps : l'hommage à Germaine Tillon a eu lieu dans la cour des Cadets où figurait son portrait et c'est devant les 4 poteaux d'exécution que Bernard Cazeneuve ministre de l'intérieur a prononcé un long discours pour saluer la mémoire de ceux qui ont combattu pour notre liberté. Au préalable Jean-Louis Fousseret maire de Besançon avait souligné avec la même ferveur patriotique que des femmes et des hommes ont été là pour notre liberté, et en se retournant Jean-Louis Fousseret montre ces 4 poteaux en disant "C'est ici que 16 résistants du groupe Guy Mocquet ont été fusillés le 26 septembre 1943".

Monsieur le maire, vous faites une erreur : 12 résistants appartenaient effectivement au groupe Guy Mocquet alors que les 4 autres appartenaient au groupe Marius Vallet.

Il est vrai que l'on entend toujours dans des discours, que l'on lit toujours sur différents articles de presse le groupe Guy Mocquet, le groupe Guy Mocquet mais rien sur le groupe Marius Vallet !

250 invités étaient présents sous un soleil de plomb et avant et après cette hommage les invités ont pu parcourir l'exposition.

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_1343 (Personnalisé).JPG

DSC_1346 (Personnalisé).JPG

Les autorités dans la cour des Cadets

 

Hommage à Marie-Thérèse et Auguste Barrand

Samedi 6 juin en marge de la cérémonie en souvenir des combattants d'Indochine au monument aux morts de Longemaison (aux portes du pays du Haut Doubs) les autorités ont rendu un hommage solennel à Marie-Thérèse et Auguste Barrand. A l'époque de la résistance Auguste Barrand était maire du village. Parlant couramment l'allemand (appris lors de la guerre 14/18) il devait assumer son rôle de maire auprès de l'armée d'occupation (ordre de réquisition, ...) Mais dès le début il a caché, hébergé et nourrit clandestinement des réfractaires et des résistants notamment du groupe Guy Mocquet et des agents de renseignements du réseau Franco-Suisse Gilbert avec l'aide de son épouse Marie-Thérèse. Longtemps Marie-Thérèse et Auguste Barrand ont risqué leur vie.

Aujourd'hui l'amicale en souvenir du groupe Guy Mocquet a voulu leur rendre hommage. En présence des anciens combattants (il y avait 36 drapeaux), de la municipalité, de toute la population, des élus locaux et départementaux, des autorités militaires, du représentant du Souvenir Français,  une plaque apposée sur la façade de leur maison a été dévoilée.

Les très jeunes élèves d'une école de Orchamps-Vennes, sous la conduite de leurs professeurs, ont entonné un vibrant "Chant des partisans".

Cet hommage ne doit pas nous faire oublier ce que tous les autres ont fait pour conserver l'intégrité de notre territoire. Il y a tant d'oubliés !

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_1364 (Personnalisé).JPG

Marie-Thérèse et Auguste Barrand

DSC_1374 (Personnalisé).JPG

La plaque apposée sur la façade de la maison familiale

 

02/05/2015

La guerre des boutons n'aura pas lieu

C'est le titre du film documentaire réalisé et produit par "Point du jour" qui sera diffusé ultérieurement sur la chaine de télévision ARTE.

Samedi 25 avril 2015 Marie Berthoumieu de ARTE, Frédéric Compain réalisateur et Luc Martin-Gousset producteur ont présenté en avant première ce film documentaire (durée 1 h 30) devant 300 invités à la salle des fêtes de Landresse. Tourné dans ce village théâtre du court passage de Louis Pergaud qui fût instituteur de 1905 à 1907 ce film documentaire retrace la vie d'antan par rapport  à celle d'aujourd'hui  avec la voix "off" du célèbre écrivain de La Guerre des Boutons.

Un film poignant de sincérité avec les interviews des jeunes, des agriculteurs, des chasseurs, des paysans ... et notamment Daniel Voynet alias le Barbizier dont la maman fut élève de Louis Pergaud et aussi  Marthe sa compagne (tous deux sont presque centenaires) avec leurs propos anecdotiques. Le monde rural n'a pas été oublié avec la présentation du comice agricole 2013 à Grandfontaine-sur-Creuse. C'est là d'ailleurs que j'ai connu l'équipe de tournage.

Un film documentaire à voir !  dès sa diffusion à la télévision.

Photo Jean-Jacques Compagnon

DSC_1300 (Personnalisé).JPG

A gauche un groupe d'ados acteurs dans ce film et qui portent les noms ou surnoms des héros du livre La guerre des Boutons

16/04/2015

100 e anniversaire de la disparition de Louis Pergaud

Pour connaitre la vie de Louis Pergaud reportez vous aux notes des 08/07/2012 et 08/11/2012.

Le 12 avril 2015 la disparition de Louis Pergaud a été commémorée. Un émouvant rassemblement a eu lieu au monument aux morts de Belmont (son village natal) en présence des autorités civiles et militaires et des habitants du secteur. La présence de 4 hommes habillés et équipés comme Louis Pergaud y était en 1914/1915 a été très remarquée. Le musée dédié à Louis Pergaud a ouvert gratuitement ses portes pour l'occasion et le public a pu se procurer des enveloppes et cartes avec le timbre édité spécialement pour cette occasion.  

Mobilisé à la déclaration de la guerre avec le grade de sergent Louis Pergaud, grâce à ses capacités de meneur d'hommes, a été promu sous-lieutenant en début 1915. Le 8 avril  1915 à Marchéville-en-Woëvre cote 233 le sous-lieutenant Louis Pergaud au 166 e d'infanterie, à la tête de sa section, est fauché par une pluie d'obus. Son corps n'a jamais été retrouvé. Il laisse sa jeune épouse Delphine Duboz/Pergaud originaire de Landresse et dont le grand-père était originaire de Domprel.

Ce dimanche 12 avril Bernard Piccoli président des amis de Louis Pergaud a donné une conférence devant 200 personnes en la salle polyvalente de Landresse pour expliquer la vie militaire du célèbre écrivain de la guerre des Boutons qui a été instituteur au village de 1905 à 1907 et en lisant notamment la correspondance très régulière avec son épouse depuis le champ de bataille.

En cours d'année plusieurs manifestations auront lieu là où Louis  Pergaud a séjourné avec notamment une journée de chasse de l'époque 1905/1907. Louis Pergaud prix Goncourt 1910 avec De Goupil à Margot s'est inspiré de ses deux année passées à Landresse pour écrire la Guerre des Boutons.

Photo Jean-Jacques Compagnon

DSC_1269 (Personnalisé).JPG

Les poilus en l'honneur au sous-lieutenant Louis Pergaud

Photo Wikipédia

Louis Pergaud militaire (Medium) (Personnalisé).jpg

Sous-lieutenant Louis Pergaud