Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2013

L'ensemble folklorique de Tver

DSC_0071.JPG

modifié le 17/13/2013

J'y étais. Je n'ai qu'une chose à dire : sublime. Un ensemble folklorique extraordinaire.

Photo : JJ C

 

 

 

Image (148).jpg

Sous la houlette de Raymond Roy président de l'association des amis de Tver et ancien sapeur pompier de Besançon, l'ensemble folklorique de Tver se produira à Quingey le 14 décembre. L'entrée est gratuite.

Venez les encourager !

Depuis 2 décennies Raymond œuvre pour le rapprochement. Maintenant les pompiers de Tver, les associations sont bien connus par chez nous. De nombreux bisontins ou autres ont accompagné de nombreuses fois Raymond à Tver ( pas très loin de Moscou ).

 

26/11/2013

Mon arrivée chez les septuagénaires

 

Eh oui le changement de dizaine marque une étape dans la vie.

Né le 23 novembre 1943, c'est ce samedi 23 novembre 2013 que mes amis belges, ma famille, mes enfants et petits-enfants, ma filleule et son mari, mes amis pompiers Alain (mon fils spirituel) et Jessy avec Laurence et leurs enfants m'ont entouré pour me soutenir lors de ce passage chez les septuagénaires.  

Une belle fête en toute simplicité où mes invités ont pu applaudir Jessy marathonien du désert qui a été, récemment, le guide de Patricia non voyante de 51 ans lors d'un raid en 7 étapes dans le désert d'Afrique du sud. 

Toutes et tous ont pu apprécié le gîte du Grand Gibus à Villers-Chief et le gâteau d'anniversaire élaboré par Gilles propriétaire du gîte et pâtissier au Valdahon.

IMG_0070.JPG

Dernières nouvelles : Jessy a retrouvé sa bague qu'il croyait avoir perdu dans le gîte. Elle était tombée dans son garage alors qu'il montait dans sa voiture.

 

Montage Le Grand Michel 

versairevillerschief.jpg

08/10/2013

Patricia Choulet et Jessy Lestrat au l'ultratrail extrème des Augrabies

photo_17[1].jpgJe connais bien Jessy Lestrat sapeur pompier dans le Doubs. Il est arrivé quand moi je partais en 1998. Nous avons fait de la spéléologie ensemble. Sportif accompli il a réalisé de nombreux défis (courses extrêmes, marathons, ascension du Kilimandjaro ...) Mais je ne connaissais pas encore son coté humain comme il va le faire tout prochainement. Fort de son expérience de 2012 lors du Kalabari Augrabies Extrème (course pédestre dans le désert sud australien en plusieurs étapes) Jessy entraine Patricia Choulet 51 ans pour effectuer cet exploit. Beaucoup de préparations physiques, mentales et matérielles. Pendant 7 jours dans les sables du désert Jessy sera le guide, le mentor de Patricia qui s'est lancé le défi de se surpasser et de vaincre son handicap.

Patricia est non voyante depuis l'âge de 11 ans.

Une phrase de Jessy " De ces quelques kilomètres dans le sable, il en restera des centaines ".

Une aventure humaine hors du commun.

Au travers du site www.macommune.info/marathon  je vous laisse le soin de découvrir Patricia et Jessy.

Vous pourrez aussi les suivre et les encourager pendant leur périple sur www.actes-association.org/kaem

Photos prises sur Vu du Doubs et le site ma commune.

Image (137).jpg

 

27/09/2013

70e anniversaire des 16 fusillés à la Citadelle de Besançon

Jean Compagnon.jpg26 septembre 1943 à 7 h 36, 7 h 56, 8 h 10 et 8 h 25. 

16 résistants (12 du groupe Guy Mocquet et 4 du groupe Marius Vallet) tombaient sous les balles du peloton d'exécution de l'armée d'occupation. Ils ont payé de leur vie pour avoir défendu leur patrie, notre patrie. Parmi eux mon oncle Jean Compagnon, il allait avoir 22 ans. Le plus jeune Henri Fertet du groupe Guy Mocquet avait 16 ans et le plus âgé Paul Paqueriaud du groupe Marius Vallet avait 35 ans. Le 17e condamné à mort, le suisse André Montavon qui coordonnait les actions des 2 groupes, a été extrait au moment de monter dans le camion allemand. Il venait, à la suite de pourparlers diplomatiques, d'être échangé contre un prisonnier allemand en Suisse. 

Cette année a été donc le 70e anniversaire de leurs morts. Ils sont morts en héros. Tous ont refusé d'avoir les yeux bandés et ont crié Vive la France.

Tous ont écrit à leur famille dès l'annonce de leur exécution vers 5 h. Des lettres émouvantes. Jean Compagnon a dit à ses parents " Je meurs avec l'espoir que mes idées resteront personnifiées et que vous aurez le courage nécessaire de les suivre jusqu'au bout ".

Dimanche 22 une émouvante cérémonie a eu lieu au Rocher de Valmy dans les hauteurs de Larnod. Sur le monument sont inscrits les 20 noms de ceux qui ont fait partie des groupes Guy Mocquet et Marius Vallet. 16 d'entre eux ont donc été fusillés et les 4 autres ont été emprisonnés ou internés.

Un peu plus tard une stèle a été dévoilée place du Souvenir à Larnod tout à coté du monument aux morts. Cette stèle, voulue par l'amicale en souvenir du groupe Guy Mocquet et financée notamment par la commune et le conseil général, ne comporte que les 31 noms des membres du groupe Guy Mocquet dont le nom du seul survivant actuel (a t'on le droit moral de faire figurer un vivant sur une stèle en l'honneur des héros qui y ont laissé leur vie).

En ce jeudi 26 septembre 2013 une autre cérémonie a eu lieu à la Citadelle de Besançon sur les lieux même des exécutions au pied des 4 poteaux en présence des drapeaux, des anciens combattants, des autorités civiles et militaires, des élèves des lycée et collège Henri Fertet de Gray et Sancey-le-Grand avec leur professeur, d'un nombreux public.

J'étais bien sûr présent à ces cérémonies. Dans tous les discours que j'ai pu entendre seuls Claude Jeannerot président du conseil général (à Larnod) et Jean-Louis Fousseret maire de Besançon (à la Citadelle) n'ont pas oublier d'évoquer le souvenir des membres du groupe Marius Vallet. Tous les autres orateurs n'ont loué que le groupe Guy Mocquet. J'ai même vu certains articles qui disaient " Les 16 fusillés appartenaient au groupe Guy Mocquet ". Ce qui est faut évidemment et donc je m'élève sur ces propos. J'ai même pu remarquer que les invitations ont été envoyées uniquement aux autorités et aux familles des membres du groupe Guy Mocquet. Pour avoir accès sur les lieux de la cérémonie du 26 à La Citadelle, moi neveu de Jean Compagnon du groupe Marius Vallet, il m'aura fallu envoyer des mails et appeler au téléphone pour trouver le bon interlocuteur. Finalement le responsable de l'envoi des invitations m'a donné une invitation verbale et il a été, par ailleurs, stupéfait de cet état de fait.

Je vais œuvrer pour retrouver toutes les familles des membres du groupe Marius Vallet mais ça sera fastidieux car il n'existe plus rien ou pas grand chose sur ce groupe. Et peut être verrons nous un jour une stèle portant tous leurs noms côtoyer  celle du groupe Guy Mocquet.

Je tiens à remercier le responsable de la mairie de Besançon, le proviseur du lycée Henri Fertet à Gray et Frédérique de la Citadelle de Besançon qui m'ont aidé dans ma démarche pour rentrer à La Citadelle. Bien évidemment j'aurais, au pire des cas, payé mon entrée (9,50 €).

Je lance un appel à toutes les personnes qui auraient des renseignements sur le groupe Marius Vallet notamment les noms des membres afin que je puisse retrouver les familles.  

Myriam Fertet-Boudriot, dernière survivante de la famille et nièce de Henri Fertet, a fait don au musée de la Résistance des précieux souvenirs de son oncle dont une statuette modelée dans de la mie de pain.

N'oublions pas non plus que ce sont 100 résistants qui ont été exécutés ou assassinés pendant toute ces périodes de résistance contre l'occupation ennemie. Marius Vallet a été fusillé à la Citadelle le 28 avril 1941.

Photos Jean-Jacques Compagnon

IMG_2560.JPG

Le Rocher de Valmy

IMG_2559.JPG

Il y a 70 ans 16 résistants étaient fusillés ici

 

 modifié le 10 octobre 2013 : dès la fin septembre j'ai envoyé un courrier par mail à Gisèle Ardiet maire de Larnod pour faire part de mon désappointement, avec copie à Claude Jeannerot président du conseil général et Barbara Romagnan députée du Doubs. A ce jour seule Barbara Romagnan m'a aimablement répondu et me soutient dans mes idées.

10/09/2013

Les anciens pompiers de l'UDSP 25

 

L'UDSP 25 fédère tous les sapeurs pompiers du département. Parmi les nombreuses commissions la section des anciens regroupe 500 pompiers qui ont déposé leur casque depuis bien longtemps pour certains.

Samedi 7 septembre 220 d'entre eux dont votre blogueur se sont répartis dans 4 autocars venus de tout de département pour se rendre en visite dans la région d'Arbois. Un 1er arrêt au centre de secours de Quingey aura permit de partager un convivial café/croissant servi par le personnel du centre de secours. Arrivés à Mesnay toutes et tous ont visité par petits groupes le musée du carton et la maison des abeilles. Revenus à Arbois pour déjeuner à La Finette (eh oui on ne se refuse rien !) toutes et tous ont râlé après la pluie qui s'est invitée. L'après midi aura permis de visiter les Grottes de Moidons. La halte au belvédère du cirque du Fer à Cheval n'a même pas permis de prendre des photos tellement le brouillard était épais. Une heure de temps libre a permis à toutes et tous de visiter le centre historique de cette petite ville où Louis Pasteur a découvert de nombreuses applications dans le dernier quart du 19e siècle.

Un sympathique jambon/salade chez Yolande et Bernard au restaurant du Val à Montfort a permis d'oublier le mauvais temps de l'après midi.

Cette journée a permis à toutes et tous de se retrouver dans la convivialité et de parler de la vie antérieure dans les différents centres de secours du département.

La réception au centre de secours de Quingey m'aura permis de retrouver avec un très grand bonheur une petite cousine perdue de vue depuis longtemps et que j'avais très peu connu. Elle est sapeur pompier volontaire tout comme son mari au centre de secours Quingeois.

Photos Jean-Jacques Compagnon

IMG_2558.JPG

Les Grottes de Moidons

IMG_2552.JPG

Arrivée de l'autocar N° 4 à Mesnay

15/08/2013

Tous pour deux, deux pour tous

20 correspondants du journal se sont retrouvés vers 17 h dans le village médiéval de Belvoir au pied du célèbre château mais à distance respectable du parc éolien du Lomont.

Ils s'agissaient pour eux de se retrouver dans la convivialité, de visiter le village avec une guide, de " faire " le marché ( produits locaux, artisanat, livres d'auteurs locaux ... ) situé dans les halles au centre du village.

Mais aussi et surtout d'être aux côtés de leur collègue François et de son épouse Nicolle. François est photographe animalier. Toujours avec ses 2 appareils photos il fixe les animaux sauvages, les vaches montbéliardes, les chevaux comtois, les comices agricoles, les femmes dans le monde agricole, la nature et encore bien d'autres. Auteur de 7 ouvrages où l'on voit ses œuvres photographiques il a dédicacé, lors de cette journée, " Sauvages en Nature ". Très attaché à l'association " Semons l'Espoir " qui finance notamment la " Maison des Familles " au centre hospitalier de Besançon, François verse la totalité des recettes à cette association. De son coté Nicolle, son épouse, s'est engagée comme vice-présidente pour soutenir l'association " OncoDoubs " qui a pour objectif l'amélioration du cadre de vie des patients qui subissent de lourds traitements médicaux.

Toutes et tous ont partagé un agréable moment  et ont pu partager ensemble le plateau repas  dans une magnifique cave voûtée. Les repas étaient fournis par les Agriculteurs Français pour le développement international ( AFDI ).

Photo Nicolle Vuillemin

DSC_0317.JPG

Tous pour deux, deux pour tous

 

 

 

09/07/2013

La méchanceté et la volonté de nuire commence là où s'arrète l'intelligence humaine

Dès vendredi soir j'ai été victime d'un acte qui prouve la méchanceté de son auteur.

En effet une personne d'un village voisin est allé trouvé la pipelette de son village pour lui dire que je venais de mourir d'une crise cardiaque au volant de mon tracteur. Evidemment la pipelette (ami (e) de cette personne) n'a pas vérifié l'information  avant de la colporter à vitesse grand V.

Cette personne a été ciblée.

Pourquoi a-t-elle fait ça ? ben par méchanceté et aussi pour se venger de ma sympathie avec les gens de son village. Il est vrai que cette personne n'a pas la sympathie des villageois.

Toujours est il que cette rumeur macabre a fait le tour du canton, des magasins, des réunions, des pompiers et même au funérarium local... eh oui !

Ceci dit les uns et les autres sont éberlués de me voir bien en vie et abasourdis  de cet acte méchant qui frise le dépôt de plainte auprès du procureur de la république.

06/07/2013

MALBUISSON'ART

A l'initiative de Anne notre collègue du Haut Doubs, 20 correspondants se sont retrouvés à Malbuisson pour effectuer une randonnée pédestre culturelle.

En effet mise en place par une association nouvellement créée avec l'aval de l'office du tourisme et des municipalités une exposition d'art comtenporain a été implantée pour la durée estivale.

Nous avons pu voir en 23 places différentes sur un parcours d'environ 12 kms tant dans le bois qu'en bordure du lac des sculptures ou objets dont on pouvait se demander d'où ça sortait. Mais grâce à la compétence de Anne et de Cathy la responsable de l'association nous avons pu comprendre. Ces sculptures ou objets faits dans différents matériaux (bois, fer, tissus ...) représentent toute la vie et étaient bien implantés dans les différents endroits du parcours. Elles ont été créés par des artistes nationnaux et internationaux reconnus. Certains ont des dimensions ou des poids exceptionnels. 

On aime, on n'aime pas, c'est suivant les goûts !

Personnellement j'ai bien apprécié la table géante surmontée de 4 grosses têtes ( pas celles de Philppe Bouvard ) qui renferment des ruches et aussi le canoé enveloppé avec du fil de couture teint en couleur cuivre.

Merci à Anne qui a su rassembler les correspondants de presse pour une journée conviviale et aussi leur faire découvrir cette exposition. Merci aussi à Didier de l'agence ER de Pontarlier d'être venu nous rejoindre au moment de la pause casse-croûte.

Je ne peux que recommander aux uns et aux autres de visiter, tout en marchant, cette exposition. Les dépliants explicatifs sont à disposition à l'office du tourisme de Malbuisson.

Photos JJ Compagnon

IMG_2465.JPG

La table géante avec les ruches et votre serviteur

IMG_2467.JPG

La table géante avec les ruches

IMG_2464.JPG

L'homme dans toute sa grandeur

IMG_2468.JPG

Le canoë enrubanné avec du fil à coudre. Il aura fallu 200 kms de fil pour réaliser cette oeuvre

24/05/2013

Les caprices de la météo

Du jamais vu ! fin mai 2013

 

DOMPREL : Jeudi 23 mai dans l'apm et vendredi 24 mai le matin :

il neige ! eh oui ! à 720 mètres d'altitude

L'année passée, à cette époque, les agriculteurs avaient déjà largement commencé la fenaison.

Que va devenir le jardin : les haricots vont pourrir avant de sortir de terre , les courgettes vont geler, les plants de salade vont souffrir ! peut être les choux récemment repiqués vont ils tenir le coup ! la terre est gorgée d'eau depuis une dizaine de jours !

De mémoire d'anciens cela doit faire 60 années que nous n'avons pas vu des conditions météo comme maintenant.

Bon pensons à ceux qui ont été dévastés et meurtris récemment par les inondations.

Photo JJ C

 

IMG_2402[1].JPG

Jeudi à 14 h 47

 

 

 

30/04/2013

Hommage aux déportés

1939/1945 L'ennemi occupait notre territoire.

Beaucoup de femmes, d'hommes et aussi des jeunes luttant contre cette occupation ont été déportés dans des camps de concentration en Allemagne, en Pologne ou ailleurs. Certains en sont revenus en avril 1945 mais beaucoup sont morts en captivité.

Le dernier dimanche d'avril a été dédié au souvenir.

Ici et là les anciens combattants et les municipalités ont organisé une cérémonie du souvenir.

C'est ainsi que la commune de Chouzelot vient de rendre hommage à France Compagnon dite " Jofrette " et à Charles Prillard tous deux nés dans le village et internés en camp de concentration en avril 1943. Si France Compagnon est revenue en avril 1945 et décédée de maladie en 1978, Charles Prillard est décédé au camp de Gross-Rosen en Pologne en 1944, il avait 40 ans.

Son petit fils Frédéric, dans une travail de mémoire, est allé au camp de Gross-Rosen en 2010 avec sa famille. Il a ramené un échantillon de terre prélevé à l'intérieur du camp. L'urne contenant cet échantillon a été placée dans le socle du monument aux morts du village qui rappelle la mémoire de son grand-père Charles et aussi celle de mon oncle Jean Compagnon ( frère de France qui a été déportée ) fusillé le 23 septembre 1943 à la Citadelle de Besançon.

Maryvonne Ragot maire du village, les adjoints et le conseil municipal ont accueilli avec émotion et respect les familles, les anciens combattants, la population, le conseiller général et les personnes venues des villages des alentours.

Après les sonneries d'usage brillamment interprétées par un saxophonsite, l'appel des morts, le dépôt de gerbes par 2 arrières-petits-enfants et la minute de silence, Frédéric a lu avec une émotion particulière les écrits qu'il a réalisé dès son retour du camp de Gross-Rosen en 2010. Ses trois filles ont lu un poème écrit par une dame en mémoire de son père décédé, lui aussi en camp de concentration. Cette émouvante cérémonie s'est terminée par la Marseillaise et le Chant des Partisans repris par toutes les personnes présentes.

Pendant le verre de l'amitié et du souvenir toutes et tous ont pu regarder une exposition de photos réalisée et commentée par Frédéric lors de sa visite au camp de Groos-Rosen.

 

Que la mémoire perdure .

 

Photos Jean-Jacques Compagnon

 

IMG_2342.JPG

Le monument aux morts du village

IMG_2343.JPG

L'urne contenant la terre du camp de concentration

IMG_2350.JPG

Frédéric lit ses écrits

IMG_2351.JPG

Elise, entourée de ses soeurs, lit le poème

 

Cette cérémonie a été aussi l'occasion de se souvenir de Jean Compagnon fusillé et de son frère Roger qui fût prisonnier pendant 5 années et décédé il y a quelques années.

Le 29 avril 2007 devant une foule imposante d'invités la municipalité avait dévoilé les plaques de rue Jean Compagnon et Charles Prillard, donnant ainsi à 2 rues du village le nom de ceux qui ont perdu la vie en défendant leur patrie, leur village et la liberté.