Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2016

Merveilleux séjour à Barcelone

Mercè et Nuria Trabado avec leurs conjoints étaient venues depuis Barcelone le 15 février 2015 au cours d'un voyage mémoire sur les traces de leur grand-père Saturnino résistant fusillé le 26 septembre 1943.

Mercè, Quim et leurs filles Aïna et Maria sont venus fin juillet et début août pour passer des vacances et découvrir la région.

Mercè, Nùria avec leurs grands enfants Oriol, Alba et Nùria sont revenus le 8 septembre pour répondre à l'invitation de Jean-Louis Fousseret lors de la cérémonie du 71e anniversaire de la libération de Besançon.

Vous pouvez retrouver les notes précédentes des 08/02, 19/02, 09/09 et 26/09 relatant les visites.

Alors le 18 mars 2016 nous sommes allé leur rendre visite chez eux à Barcelone. Mercè avait pris une semaine de congé pour être avec nous et nous guider dans cette merveilleuse ville. Que de kilomètres effectués à pied pour découvrir toutes les beautés de cette ville de Catalogne, une ville ancienne mais très moderne. Nous avons eu l'honneur de rencontrer leur maman (belle-fille de Saturnino) une dynamique et charmante dame de 74 ans. Au cours d'une journée nous avons pu découvrir le petit village de montagne Rupit à 100 kms de Barcelone où Mercè et Quim ont une petite maison de campagne. D'autres points forts de visités : les marchés, les centres commerciaux immenses, la citadelle de Montjuïc, la cathédrale, la Sagadra Familia, l'hospital Sant Pau, le port et les petits restos bien sympas ...

Quelle émotion !

Mercè en avait gardé le secret. Grâce à ses recherches notamment aux archives de la ville elle a pu retrouver le bâtiment au 88 Ronda de Sant Antoni où ma mère est née le 29 février 1911 et a vécu jusqu'à son exil en 1939. Au cours d'une ballade dans la ville avec toute la famille Trabado, Mercè, avec pudeur et tact, m'a fait passé en premier et le groupe s'est arrêté à un endroit et j'ai entendu : Jean-Jacques c'est là que Eléonor ta maman est née. J'en ai pleuré d'émotion.

Des liens forts très forts entre nous. Nous avons les mêmes souvenirs parmi les résistants fusillés le 26 septembre 1943 mais aussi la souche espagnole que j'ai en moi. Ma mère avait bien connu Saturnino lorsqu'il œuvrait dans la résistance à Cessey. Une chose que Mercé ne sait pas encore (elle l'apprendra en lisant cette note) : Saturnino avait connu mon frère né en 1942 alors qu'il était bébé et juste avant son arrestation ma mère lui avait confié qu'elle attendait un enfant (moi même) et il lui avait répondu : aurais je l'honneur de le connaitre ! La tenue de ce propos pouvait laisser croire que Saturnino s'attendait à être arrété dans le cadre de ses activités de résistance. Ma mère était très, trop discrète et ne parlait de rien mais je me rappelle bien des propos  rapportés lors de son décès en 1997 par une famille espagnole dont elle était très proche. Je ne savais rien de sa filiation au delà de sa mère qui a vécu à Cessey. Dans le cadre des recherches faites par Mercè aux archives municipales de la ville elle a pu découvrir qui était notamment mon grand-père Francisco.

Merci un grand merci Mercè tu m'as fait découvrir beaucoup de choses ! Merci aussi à Nùria et Tony d'avoir pris de votre temps pour être à nos cotés.

Mercè et Nùria vous reviendrez à Besançon pour Saturnino.

Photos Jean-Jacques Compagnon, Mercè et Nuria Trabado

DSC_0061.JPG

Devant le 88 Ronda de Sant Antoni

rdaSantAntoni.jpg

Photo du bâtiment datant du début du XXe siècle bâtiment à droite

 

 

 

IMG_7381 (Large).JPG

 Photo du bâtiment actuel

DSC_0071.JPG

L'Arc de Triomphe

DSC_0145.JPG

Hospital San Pau

 

 

DSC_0132.JPG

Le pont suspendu à Rupit

DSC_0159.JPG

L'entrée de chez Mercè et Quim

IMG_7469 (Large).JPG

Encore un qui fait le clown

IMG_7503.JPG

La citadelle de Montjuïc

20160323_213051 (Large).jpg

La célèbre Torre Agbar en verre et métal