Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2013

Nostalgie

 

Après avoir vécu un peu plus de 5 décénnies de travail avec pour certains le logement sur place dans la caserne Canot les sapeurs pompiers anciens auquels s'étaient les personnels en activité et de repos ainsi que les personnels de garde dans les nouvelles casernes Centre et Est se sont retrouvés pour dire un dernier adieu à leurs bâtiments. Avec un pincement au coeur ils ont vu les grignoteuses dévorer les logements, garages, ateliers, les bureaux...

Devenu vétuste et inadaptée aux besoins actuels la caserne Canot crée en 1959 a été remplacée par la caserne Centre situé rue Brûlard et la caserne Est située en zone industrielle à Thise. Elles ont été inaugurées en automne 2012.

Une page vient de se tourner.

Quand je suis arrivé chez les sapeurs pompiers en janvier 1969 on parlait déjà de nouvelles casernes. Il aura donc fallu 44 années pour que ce projet voit le jour.

Photo JJ C

IMG_2215.JPG

Beaucoup sont venus dire adieu à leur caserne

Photos GP

DSCN1884.JPG

C'était avant

DSCN2919.JPG

C'est maintenant

Au fond on remarque la cité universitaire et à droite le bâtiment administratif du CSP matérialisé par la fourmi géante. Sa destruction est éminente.

 

 

 

 

29/09/2012

Le GRIMP 25

C'est avec un grand plaisir que j'ai rencontré mes anciens collègues du GRIMP 25 le mercredi 26 septembre qui étaient en grande manoeuvre dans le site de Consolation.

Le GRIMP 25 est une équipe spécialisée du service départemental d'incendie et de secours dans les sauvetages en milieu périlleux ( falaises, via ferrata, sites inacessibles, grues, sites industriels, puits d'entrée de gouffres ...).

Depuis mon départ en 1998 il ne reste plus que 3 personnes avec les quelles j'ai oeuvré mais la relève est bien présente et c'est avec nostalgie que j'ai rencontré cette équipe. J'ai pu remarquer la convivialité de cette rencontre que se soit avec les pompiers que j'ai connu ou les jeunes générations qui assurent la relève au service de la population.

Photos JJ C

Franchissement aisé du ruisseau

Délicat passage dans le ruisseau

La manoeuvre a débuté

 

IMG_1925.JPGIMG_1928.JPGIMG_1931.JPG

Le débriffing

IMG_1939.JPG

 

 

 

26/11/2011

La solidarité n'est pas un vain mot (suite)

Dans la note précédente du 9 Novembre vous avez pu découvrir le malheur qui a frappé la famille Chassot à Rouhe.

Mercredi 23 novembre je suis allé voir Viviane et Nanard dans la maison qui a été mise à disposition par la municipalité et j'ai pu aussi constater l'ampleur des dégats dans leur habitation incendiée.

Le titre de la première note est bien réel. Viviane et Bernard remercient du fond de leurs coeurs toutes les personnes qui se sont mobilisé pour parer au plus pressé.

Outre Mme le maire qui s'est démenée pour trouver une maison, les habitants du village qui ont été présents, la grande famille des sapeurs pompiers a fourni une aide précieuse : les personnels actifs, l'amicale des sapeurs pompiers de Besançon, les associations des anciens de Besançon et les adhérents dont fait partie Nanard, du Doubs et de la brigade des sapeurs pompiers de Paris où Nanard a effectué 5 années de services. Sans oublier le syndicat CGT qui n'a pas oublié son adhérent. Une grande enseigne bisontine d'ameublement a répondu très rapidement à l'appel de Mme le maire en offrant des meubles et de l'électro-ménager. Les collègues tels Robert et Jean-Pierre que j'ai pu voir aident au nettoyage des rares meubles qui ont pu être sauvés.

Viviane et Nanard commencent à retrouver une certaine sérénité mais le chemin sera encore long avant de pouvoir reprendre possession de leur habitation qui sera renconstruite à l'identique.

Une des paroles de Nanard : c'est désolant de voir se détruire en 2 h ce que l'on a mis 30 ans à réaliser mais les amis sont là.

Modeste dans ses propos Nanard ne dit pas que lui aussi a toujours été présent pour les autres.

IMG_4016.JPG

09/11/2011

La solidarité n'est pas un vain mot

En retraite depuis 15 ans après passé toute sa carrière chez les sapeurs pompiers de Paris et de Besançon pendant plus de 30 ans, Bernard Chassot, dit " Nanard ", vit paisiblement à Rouhe, un charmant petit village rural entre Quingey et Ornans, dans une vieille ferme qu'il a patiemment retapée.

Dans la nuit du 8 au 9 novembre un feu de cheminée a dégénéré et est passé à l'ensemble du bâtiment. Nanard, qui pendant des décennies a vu bien des incendies, est resté impuissant devant l'ampleur du sinistre détruisant sa maison. Les sapeurs pompiers, venus de plusieurs centres de secours, ont lutté pendant plusieurs heures contre ce sinistre ne pouvant rien sauver.

Nanard et son épouse ont tout perdu.

Bien sûr il y a les assurances  mais il faut parer au plus pressé.

Alors les anciens sapeurs pompiers et les autres se mobilisent pour les aider. Vous pouvez adresser vos dons sous enveloppe dans la boite aux lettres de l'amicale au CSP Besançon, au nom de Bernard Chassot.

Toutes et tous, soyons solidaires !

Photo Laurent Bossis correspondant ER 

L'ampleur des dégats

IMGP0002.JPG

 

28/01/2011

Un sapeur pompier bisontin victime de la route

modifié le 29/01/2011 à 17 h

1.000 personnes étaient là à 14 h, dans la cour du centre de secours principal de Besançon, pour assister à l'hommage solennel et protocolaire à Didier BEY.

La chapelle ardente avait été installée dès 10 h dans les locaux.

Le préfet de Franche Comté préfet du Doubs, les autorités départementales et communales, les directeurs départementaux des services d'incendie et de secours du Doubs et de la Haute Saône, le président de la fédération nationale des sapeurs pompiers, le président de l'union départementale des sapeurs pompiers ont rendu un vibrant hommage au caporal-chef Didier BEY décédé des suites d'un accident de la circulation en regagnant son domicile en Haute Saône à la suite d'une garde au centre de secours principal,  en présence de la famille, des collègues du centre de secours de Besançon, du centre d'intervention de Frétigney (70) et des délégations de sapeurs pompiers venus du département du Doubs et de la Haute Saône et des départements voisins, des amis et des anonymes venus témoigner leur affection à la famille et l'ensemble des sapeurs pompiers.

A titre posthume le caporal-chef Didier BEY a été promu au grade de sergent. Le préfet, au nom du premier ministre, l'a cité à l'ordre de la nation. La médaille d'honneur OR des sapeurs pompiers et la médaille d'honneur fédérale ont été épinglées sur le cercueil drapé du drapeau bleu blanc rouge où avaient été déposés son casque et les médailles de bronze et de vermeil attribuées pour 20 et 25 ans de service.

Crédit photo JJ C 29/01/2011

IMG_2980.JPG

Mardi 25 janvier vers 7 h 30 Didier Bey, caporal-chef au centre de secours principal de Besançon, regagnait son domicile en Haute Saône après une garde à la caserne. A la suite d'une collision avec un autre véhicule sur la RN 57 à La Neuvelle-les-Cromary (70) il a été blessé gravement et transporté au centre hospitalier de Besançon. Il est décédé jeudi matin.

Un hommage solennel lui sera rendu samedi 29 janvier à 14 h au centre de secours principal de Besançon en présence de sa famille, des autorités départementales, de tous ses collègues. Au préalable une chapelle ardente, à partir de 9 h, accueillera toutes et tous pour lui rendre hommage. La cérémonie religieuse aura lieu à 15 h en la basilique de Saint Ferjeux, son quartier de jeunesse.

Didier, qui était âgé de 42 ans, laisse son épouse Gislaine et Lucile, Jenice, Clémence et Coline ses filles.

J'ai très bien connu Didier. Je l'ai vu arriver tout jeune sapeur pompier volontaire à la caserne de Besançon en 1985 où son papa Robert y a effectué de très nombreuses années de volontariat et où son frère Jean-Luc excerce encore son volontariat.

A toute sa famille, ses amis et collègues, à toute la grande famille des sapeurs pompiers je présente mes sincères condoléances.

Photo ER Dominique Roquelet 25/01/2011

IMG_2975.JPG

07/10/2010

Manoeuvre GRIMP héliportée

Par hasard je me suis retrouvé au centre de la manoeuvre héliportée de l'unité du GRIMP 25 à Pierrefontaine-les-Varans.

J'y ai retrouvé avec émotion 2 collègues (Olivier et Jean) avec lesquels j'ai travaillé jusqu'en septembre 1998 dont un avec lequel j'ai oeuvré dans le GRIMP.

C'est avec nostalgie du temps passé que j'ai assisté à cette manoeuvre. Nous nous sommes rappelé les bons vieux souvenirs du boulot et notamment la spéléo et le GRIMP. Et j'ai pu remarquer avec plaisir la gentillesse et la sympathie des 3 autres équipiers de l'unité GRIMP ainsi que celle des 2 pilotes de l'hélicoptère.

En grande discussion avec mes amis

IMG_3571.JPG

Crédit photo MR C

18/02/2009

A ne pas faire lorsque vous êtes témoin d'un accident

Ne pas prendre en charge,soi même, un blessé

Ce mercredi matin un octogénaire de mon village a eu un accident de voiture. Il a dérapé sur la chaussée et après plusieurs tonneaux son véhicule s'est immobilisé dans une pâture en contre bas. Légérement blessé à la tête il a pu s'extraire seul de son véhicule et il est remonté sur la chaussée. Là une jeune automobiliste témoin de l'accident, croyant bien faire, l'a pris en charge dans son véhicule pour le conduire chez le médecin du secteur.
En l'absence de bilan médical voilà un comportement désinvolte voir assasin. La victime aurait pu très bien avoir des lésions internes ou des fractures du rachis, ce qui auraient entrainer des lésions irréversibles. Aux dernières nouvelles la victime est rentrée à son domicile avec quelques points de suture à la tête.
A quoi servent les nombreuses formations de secourisme proposées, il est vrai que pas plus de 10 % de la population se sent concerné.

Apprenez les gestes qui sauvent et vous saurez quoi faire et surtout ce qu'il ne faut pas faire.
Renseignez vous vers les sapeurs pompiers de votre secteur.

Le véhicule après quelques tonneaux

IMG_1441.JPG

20/11/2008

Apprenez les gestes qui sauvent

Apprenez les gestes qui sauvent

C'est une phrase que les uns et les autres entendent souvent.
Beaucoup se demandent si celà est vraiement utile ?
Oui celà est très utile de savoir comment réagir face à un malaise, un accident domestique, sur la voie publique ... et aussi comment transmettre une demande de secours.
Mardi 18 novembre dans l'après midi un quadragénaire a fait un malaise dans un centre commercial à Pierrefontaine-les-Varans. Immédiatement les responsables de l'agence bancaire où cet homme se trouvait ont prodigué les premiers soins et ont alerté les secours médicaux et sapeurs pompiers qui sont arrivés dans les minutes suivantes.
La victime a été médicalisée en attendant l'arrivée du SAMU 25 venant en hélicoptère.
Sachant que dans le cas présent (suspicion d'AVC) le délai d'admission au centre hospitalier ne doit pas excéder 3 h, la victime est arrivée à l'hopital 70 minutes après.
Ce n'est que grâce à la capacité de réaction des témoins, à leur connaissance des gestes qui sauvent et à la rapidité des secours que la victime a eu son intégrité physique protégée.

Vous pouvez sauver votre prochain. Apprenez les gestes qui sauvent. Renseignez vous auprès des sapeurs pompiers de votre secteur.

La chaîne des secours.jpg

19/02/2008

Sauver ou Périr

c65f8d7d02038fac78db72b927c70b98.jpg
" Sauver ou Périr " telle est la devise des Sapeurs Pompiers

Mes collègues du CSP Besançon viennent de l'apprendre à leur dépens.

Le 13 février au retour d'une intervention et en repartant sur une autre intervention le conducteur du fourgon a mis la " Cabane sur le chien * ". Suite à un dérapage sur la chaussée qui était glissante, sous le pont du bas de la rue de Vesoul à Besançon, le FPTL (Fourgon Pompe tonne Léger) n'a pu être maitrisé par son conducteur et il s'est retrouvé sur le toit.

Les 6 hommes d'équipage n'ont été, fort heureusement, que blessés très légèrement et conduits immédiatement au centre hospitalier.

La circulation a été perturbée pendant le temps nécessaire aux opérations de récupération des différents matériels éparpillés sur la chaussée et de dégagement de la carcasse du fourgon.

L'adjudant-chef ( dit : Mumusse), chef d'agrès du fourgon, a eu une grande frayeur pour ses hommes et a dit " Ben il ne manquait plus que cela avant de partir à la retraite ", car il est sur le point de cesser ses fonctions pour cause d'une retraite bien méritée.

*expression qui signifie se retourner avec un véhicule

édité le 15/02/08, modifié le 08/03/08

Un pompier breton mort en intervention

Un pompier plongeur est mort au cours d'une intervention de protection de biens. Alors qu'il intervenait pour localiser une voie d'eau sur un bateau dans le port de Saint-Quay-Portrieux (dans les Côtes d'Amor) il s'est fait " coincer " par le chavirage de ce bateau. Ses collègues n'ont rien pu faire pour le sauver.
Une fois de plus la corporation paye un lourd tribut au service de la population. " Sauver ou Périr " n'est pas un vain mot.
Infos :ER 08/03/08