Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2017

Les troupeaux de vaches et la sécurité dans les traversées de route. Les boviducs.

Modifié le 24/04/2017

Photo Jean-Jacques Compagnon

DSC_0830 (Personnalisé).JPG

Un boviduc vachement pratique !

Dans une note du 16/07/2014 je parlais du danger créé par les troupeaux de vaches empruntant les routes. Si le danger est moindre sur les chemins vicinaux  il est très présent sur les routes départementales.

Le service des routes au conseil départemental (préfecture et sous préfecture) a la charge de l'entretien des routes et de la sécurité routière notamment de ne pas autoriser la sortie de bétail (ou de matériel agricole) dans des endroits dangereux et accidentogènes. Toutes demandes de travaux concernant une sortie (bétail ou matériel) sur route départementale nécessite une étude préalable de la part du service départemental. Lors de l'instruction de permis de construire ou de modification (bâtiment agricole ...) le service départemental précise où la sortie doit se faire et par exemple n'autorise jamais une sortie en dos d'âne et en courbe. Tout manquement aux dispositions prescrites doit être sanctionné.

Photo Jean-Jacques-Compagnon

IMG_0111[1].JPG

Un exemple a ne pas suivre.

Sortie de bétail et de matériel agricole en plein dos d'âne avec 15 m de visibilité d'un coté et 20 m de l'autre coté.

Le talus (à droite de la photo) a été volontairement ouvert.

IMG_0114.JPG

180 vaches qui n'ont rien à faire sur la route alors qu'il y a en parallèle de cette D 32 une petite départementale sans trafic particulier et entre ces deux routes la desserte privée de cette ferme. Tous ces parcours arrivent au même endroit.

Quelque part sur la D 32 hors agglomération là où les véhicules roulent à 90 kms/h

Dans un village voisin desservi par la D 19 les associés d'un important GAEC ont pris des mesures radicales car leur troupeau traversait 4 fois par jour (en période où ce troupeau reste dans les pâtures) pour aller à la salle de traite, cette D 19 qui draine 1.500 véhicules par jour dont un bon nombre de travailleurs frontaliers. Avec l'accord des services départementaux ils ont fait construire un boviduc en travers de la route. Voilà donc le problème de sécurité routière totalement réglé. La D 19 sera rouverte à la circulation le 15 avril. Le seul bémol est que le montant de ces travaux (35.000 €) est entièrement à la charge du GAEC et en parallèle on a pu voir des subventions importantes accordées à des associations qui protègent notamment les crapauds.

La sécurité routière en agriculture et élevage est l'affaire de tous les agriculteurs mais aussi des maires des villages qui doivent prendre des dispositions de protection. Certains maires sont agriculteurs eux même ! mais voilà ! faites comme je dis mais ne faites pas comme je fais !

Copie photo ER. FV

IMG_0110[1].JPG

La pose des 5 tubes du boviduc en travers de la D 19

 

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_0728 (Personnalisé).JPG

C'est par ici Meuh Meuh

DSC_0726 (Personnalisé).JPG

C'est par ici Meuh Meuh

DSC_0729 (Personnalisé).JPG

Sécurité pour les usagers de la D 19, pour les agriculteurs et leur troupeau grâce à la volonté des associés du GAEC

19/10/2015

Un comice agricole qui a tenu ses promesses

Vellerot-les-Vercel un petit village de 60 habitants des Monts-de-Villers et très proche du pays de la Guerre des Boutons le célèbre roman de Louis Pergaud qui fut instituteur à Landresse, le village voisin, en 1905/1907.

Après avoir obtenu récemment une première fleur au concours régional des villages fleuris, Vellerot-les-Vercel peut afficher sa satisfaction pour la réussite du comice agricole du 17 octobre.  C'est tout un village qui s'est mobilisé pour la préparation de ce comice, que se soit pour la préparation du site, la décoration du village, la réception des vaches montbéliardes, des éleveurs, des visiteurs et aussi l'intendance. 

Les 1.500 visiteurs ont pu admirer 390 vaches montbéliardes présentées par 47  éleveurs du canton de Pierrefontaine-les-Varans et aussi voir le travail des juges experts en charge des notations suivant les différentes catégories. Le clou de ce comice c'est l'admiration devant les différents lots d'ensemble, groupe de 5 à 10 vaches parfaitement alignées et parées comme des starlettes se présentant à un concours de beauté ou une élection de miss. Sans oublier les différentes animations pour toutes et tous.

De très nombreux prix ont été attribués dans les différentes catégories.

Dans la matinée les organisateurs ont été très surpris de voir arriver un grand bus qui semblait un peu paumé au milieu de ce comice. En effet un groupe de 80 éleveurs autrichiens en voyage d'agrément dans la région et ayant eu vent de la tenue de ce comice ont fait le détour pour voir un comice bien de chez nous. Evidemment ils ont été accueillis à bras ouvert par les organisateurs qui les ont guidés et donné les explications sur la tenue d'un comice, l'élevage de vaches montbéliardes, la sélection, la transformation du lait en produit AOC dont le fameux Comté qu'ils auront pu déguster. Après le repas pris en commun les éleveurs autrichiens sont repartis sur leur périple touristique en gardant une remarquable impression du contact avec leurs collègues éleveurs du canton et aussi avec les visiteurs. Cette rencontre imprévue restera dans la mémoire de tous.

 

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_1496 (Personnalisé).JPG

Journée inoubliable pour les éleveurs venant d'Autriche  

DSC_1520 (Personnalisé).JPG

Un magnifique lot d'ensemble

DSC_1513 (Personnalisé).JPG

La relève de demain

DSC_1529 (Personnalisé).JPG

Morgane lauréate du concours des jeunes meneurs

16/07/2014

Le danger créé par les troupeaux de vaches

Les usagers des routes en milieu rural ont tous rencontré le matin et le soir des troupeaux de vaches traversant ou longeant les routes nationales ou départementales pour entrer ou sortir de l'étable.

Certains troupeaux sont bien encadrés réglementairement par contre d'autres vont et viennent à leur guise souvent en étant poussés par l'agriculteur sur un quad. Si la plupart des usagers prennent leur mal en patience d'autres tentent de passer et il n'est pas rare de voir une voiture quelque peu cabossée sans compter une altercation avec le propriétaire.

2 agriculteurs du pays Quingeois, face à ce problème et soucieux de la sécurité, ont entamé des démarches qui vont aboutir par la construction de 2 boviducs (passage souterrain pour les animaux). Il est vrai que leurs troupeaux sont amenés à traverser la nationale 83. La visibilité de part et d'autres des 2 passages en traversée perpendiculaire est de 300 M environ.

Un petit village au pays des portes du Haut Doubs  est traversé par la départementale 32 qui est très régulièrement empruntée. Une grosse ferme est située à l'extérieur du village. Son troupeau de 120 vaches laitières empruntent une sortie non officielle située en dos d'âne et en virage avec une visibilité très réduite voir quasiment nulle. Qu'arriverait il en cas d'incident ou d'accident ?  La responsabilité de l'agriculteur serait évidemment lourdement engagée.

Là un boviduc serait parfaitement adapté pour résoudre les problèmes de sécurité. Mais voilà qui va payer ? Les services des routes du département, la commune et le propriétaire ! Le cout d'un boviduc est estimé environ à 300.000 €.

Il y a 3 ans sur cette même départementale mais à l'entrée d'un autre village une automobiliste a percuté violemment un troupeau qui traversait la départementale. Résultat : une blessée, un automobile détruite et plusieurs vaches blessées gravement et qui ont du être euthanasiées sur place.

La sécurité n'a pas de prix et c'est l'affaire de tous ! y compris des élus !

 

07/10/2012

Un beau comice agricole

La Sommette

395 vaches et génisses pour 48 éleveurs du canton de Pierrefontaine-les-Varans ont été présentées devant les juges experts qui ont attribué une notation individuelle d'après des critères bien définis. La présentation mobile dans des rings et aussi en lots d'ensemble en statique aura permit d'attibuer différents prix de championnat. Tout au long de cette journée avec des conditions météo très favorables ce n'est pas moins de 2.000 visiteurs qui ont admiré ces magnifiques vaches et génisses.

La race montbéliarde est omniprésente dans notre région. N'oublions pas que le lait est utilisé essentiellement pour la production de Comté. Dans le Haut Doubs en période hivernale (octobre à avril) une partie de ce lait sert à la production de Mont d'Or.

Si parfois les agriculteurs éprouvent quelques difficultés de gestion ils n'en sont pas moins fiers d'éléver une race qui leur donne une entière satisfaction.

Le comice agricole cantonal a lieu tous les ans dans un village à chaque fois différent. Ce sont tous les villageois (agriculteurs, retraités, ouvriers, adolescents ...) qui se mobilisent pour la préparation du comice et aussi le jour J. Certains disent (et ils ont raison) que c'est aussi une fête rurale.

Photos Jean-Jacques Compagnon

Elina particularité de sa robe : la rayure blanche verticale sur les flancs

IMG_1956.JPG

 

Brindille championne catégorie adulte

IMG_1978.JPG

On pourrait ajouter : pas de vaches pas de lait pas de fromage !

IMG_1967.JPG