Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2019

Allo Orange ! Y a le téléfon qui son mais personne répond. Et personne répare !

Modifié le 26/01/2019 à 16 h :

Le technicien ne m'a pas appelé comme prévu mais il est venu directement sur place avec une nacelle et a réparé la grossière erreur des "pingouins d'hier". Maintenant les deux abonnés ont retrouvé leur ligne téléphone.

On peut imaginer que Orange a quand même compris la situation. Dans le cas contraire celà aurait pu apporter beaucoup de complications.

____________________________________________________________________________________

Modifié le 26/01/2019 à 8 h : voir note ci dessous

Oh Orange (ou plutôt une société sous-traitante) est venue effectuer la réparation ce vendredi 25 janvier dans la matinée. En "deux temps trois mouvements" la pièce métallique retenant de bouquet de 15 câbles a été changée. Mais voilà il fallait vérifier les bonnes connexions dans le boitier qui était resté ouvert. Celà n'a pas été fait ! 2 abonnés (un couple nonagénaire et une dame seule de 99 ans avec téléassistance) se voient privés de téléphone. Après moults appels au 3900 et un signalement sur le site internet il semblerait que Orange ne soit pas pressé de venir remettre en service ces deux abonnés. On me proposait de venir dans la 1re semaine de février. Après on me demande de dire à ces personnes d’appeler le 39OO (comment voulez vous qu'elles fassent sans téléphone et à leur âge ! ) Enfin bref j'ai passé 2 fois 40 mn au téléphone avec chez Orange. Mon interlocutrice a enfin compris qu'une grossière erreur de travail a été faite par l'équipe du matin venue réparer (je dirais même une incompétence totale). On m'a promis qu'un technicien va m'appeler ce samedi matin.

Si il devait arriver quelque chose de grave à ces deux abonnés (absence de soins immédiats car plus de téléphone) la presse s'en fera un large écho en prévision d'une plainte pour non assistance à personne en danger.

Où en est la sollicitude et la promptitude de France Télécom que nous avons connu il y a des années !

___________________________________________________________________________________

Orange, ex France Télécom, laisse à désirer dans l'entretien des lignes téléphoniques aériennes entre poteaux bois Orange ou sur pylônes béton EDF que ce soit en extérieur ou dans les villages.

Lors d'un soucis (boitier défoncé, poteau bois cassé ou pourri, câbles qui trainent au sol...) il faut téléphoner au 3900   (essayez et vous m'en direz des nouvelles ) vous êtes renvoyé sur le site internet Orange (comment qu'il faut faire si on n'a pas une connexion internet ! ) et il faut remplir des cases et envoyer. Oh une chose est sûre c'est l'accusé de réception de la demande mais aussi la venue d'un technicien en costard cravate pour étudier si il faut une échelle de 7 mètres ou 12 mètres ou une nacelle ou autre matériel. Cette venue est possible au bout de 8 jours. Après l'attente sera longue, très longue de 3 semaines à 3 années ...

Pendant ce temps le danger est omniprésent  (chute de câble, de coffret ...). En cas de coupure de réseaux : plus de téléphone fixe, plus d'ADSL et ses fonctionnalités, plus de téléphone mobile si celui fonctionne avec une Femtocell, plus de téléassistance  ...

Récemment à Domprel le phénomène est apparu sur un pylône béton. La pièce métallique retenant un bouquet de 15 câbles a cassé et le boitier de connexion est ouvert. Les câbles tiennent que par eux mêmes et en présentant une flèche importante en direction du pylône aval.

Orange a été prévenu au travers du site internet il y a 15 jours. Orange a eu le toupet d'envoyer un mail au premier demandeur (la mairie) pour dire : ça y est c'est réparé. Un  sacré mensonge pour essayer de se débarrasser de cette demande. L'affaire n'en reste pas là.

Une deuxième demande d'un particulier a été faite.

Orange a avoué qu'il se désintéressait de l'entretien de son réseau actuel en attendant l’installation de la fibre en réseaux souterrains. 

Par contre les factures Orange arrivent bien chez les abonnés et gare à ceux qui oublient de payer .

Affaire à suivre ! éventuellement dans la presse.

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_1736 (Personnalisé).JPG

La veille de la prise de cette photo Orange a certifié par mail que c'était réparé

DSC_1731 (Personnalisé).JPG

Le danger est omniprésent

11/01/2019

Les Rois Mages sont là

Balthazar, Melchior et Gaspard, les trois rois mages, ont fait leur rentrée dans l'église Saint Martin de Domprel ce dimanche 6 janvier jour de l’Épiphanie. Ils sont venus, selon la tradition, rendre hommage à l'enfant Jésus et à la vierge Marie. Une superbe crèche avec 15 éléments taillés dans du bois de chêne massif avait été installée avant Noël. Certains éléments tels les rois mages font 52 cms de hauteur. La crèche rejoindra son lieu de stockage à la fin de janvier.

Rendons hommage à Colette qui dès sa retraite d'agricultrice en 1983 a troqué la traite des vaches et le tricot pour les ciseaux à bois et le maillet. Elle n'y connaissait rien en sculpture mais sa foi en Dieu l'a guidée dans son chef d’œuvre.  7 mois après et avec 900 heures de travail Colette avait présenté sa crèche complète dans l'église de Pierrefontaine-les-Varans pour Noël. Elle avait, dit elle, réalisé cette crèche pour remercier Dieu et la Sainte Vierge de l'avoir maintenu en vie.

Propriété de la famille de Colette cette crèche sera offerte pour la petite église de La Sommette berceau de la famille ou alors l'église Saint Martin de Domprel. Dès qu'un accord sera intervenu entre la famille et la paroisse cette crèche rejoindra son nouveau stockage pour y être installée à chaque Noël, les rois mages n'arrivant que le jour de l’Épiphanie.

Un véritable chef d’œuvre ! sans compter les nombreuses sculptures réalisées pour ses enfants et petits-enfants, toutes ayant trait à Dieu, Jésus, la vierge ...

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_1721 (Personnalisé).JPG

900 heures de travail

DSC_1722 (Personnalisé).JPG

Ballthazar, Melchior et Gaspard, les trois rois mages

DSC_1720 (Personnalisé).JPG

 

 

01/01/2019

Bonne Année 2019

 A toutes et à tous

Bonne et Heureuse année 2019

Que tous vos désirs se réalisent.

Ce matin lors de la réception de vœux sur ma messagerie il y avait un petit poème qui a, il me semble, un sens particulier, alors je vous le fait partager.

Des sourires pour chasser la tristesse,

De l'audace pour que les choses ne restent jamais en place,

De la confiance pour faire disparaitre les doutes,

Des gourmandises pour croquer la vie,

Du réconfort pour adoucir les jours difficiles,

De la générosité pour le plaisir de partager,

Des arcs en ciel pour colorer les idées noires,

Du courage pour continuer à avancer.

 

11/11/2018

Les sapeurs pompiers honorent leurs poilus

Un important travail sur le plan national avait été fait pour recenser les poilus qui étaient pompiers dans leurs villages morts au champ d'honneur ou dans des hôpitaux en arrière des lignes.

La fédération nationale des sapeurs pompiers français a voulu les honorer en ce centième anniversaire de l'armistice.

Au cimetière militaire de Besançon Saint Claude 9 poilus  y reposent parmi les 1200 sépultures. 3 d'entre eux sont du département du Doubs. Ces poilus sont décédés des suites de blessures dans des hôpitaux de la région après avoir été transférés depuis les lignes de combats.

Le colonel Petit directeur adjoint SDIS 25,  le capitaine Caillaud adjoint au chef de centre de Besançon Centre, quelques pompiers en activité, des anciens et des jeunes sapeurs pompiers (JSP) étaient présents.

Après un rassemblement devant le monument à la gloire des poilus et la lecture des messages, les JSP ont déposé devant chaque sépulture une fleur. Un grand moment d'émotion pour tous. Les JSP ont pu mesurer ce qu'est le devoir de mémoire envers nos héros.

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_1677 (Personnalisé).JPG

Devant le monument à la gloire des poilus

DSC_1687 (Personnalisé).JPG

Moment d'émotion pour ces jeunes sapeurs pompiers

 

 

27/09/2018

Le 75e anniversaire des 16 fusillés de la Citadelle

Hier matin 26 septembre les familles, les amis, les habitants des villages se sont souvenu que 75 ans auparavant 16 résistants ont été fusillés à la citadelle de Besançon. 4 appartenaient au groupe Marius Vallet et 12 au groupe Guy Mocquet.

Tous les ans à cette date une cérémonie officielle du souvenir est organisé à Larnod (le dimanche précédent cette date)ainsi qu'un recueillement en comité restreint à la stèle du rocher de Valmy le jour J. Tout cela ordonnancé par le "grand manitou" qui veut tout faire seul et surtout invité qui il veut.

Bien entendu je n'ai pas été invité (mon oncle Jean du groupe Marius Vallet a été fusillé). Alors je me suis rendu à la stèle du rocher de Valmy ce mercredi 26 septembre à l'heure où nos résistants sous tombés sous les balles du peloton d'exécution. J'ai déposé quelques roses avec un ruban bleu blanc rouge et aussi un autre ruban aux couleurs espagnoles. N'oublions pas que parmi les 4 fusillés du groupe Marius Vallet il y avait deux réfugiés politiques espagnols Saturnino Trabado et Balthazar Robledo. J'étais accompagné par mon ami Marcel lui aussi oncle d'un des fusillés du groupe Guy Mocquet.

Nous aurons l'occasion de nous retrouver pour honorer à titre posthume la mémoire de ces deux espagnols. La famille Trabado avait organisé un formidable voyage mémoire en 2015.

Mon appartenance à la grande famille des membres du groupe Marius Vallet et aussi l'origine de ma mère (née à BARCELONE en 1911 et  réfugiée politique espagnole en 1939) a permis un rapprochement de nos deux familles et nous vivons ensemble la mémoire de nos héros.

Voir aussi les autres notes dans ce blog.

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_1612 (Personnalisé).JPG

Aux couleurs espagnoles et françaises

DSC_1617 (Personnalisé).JPG

En mémoire à nos héros

DSC_1619 (Personnalisé).JPG

En mémoire à nos héros

 

14/09/2018

Les Grivois ont le sens de l'hospitalité. Meuh !

La Monique et le Louis, pur produit made in Grivois, sont assis là pour inviter la population au comice agricole qui se tiendra le samedi 6 octobre à proximité de la fruitière flambant neuve qui rentrera en fonction en fin d'année.

NB : les grivois sont les habitants de Laviron.

Photos Jean-Jacques Compagnon

 

DSC_1562 (Personnalisé).JPG

DSC_1577 (Personnalisé).JPG

Dis donc la Monique ! faudra envoyer les visiteurs acheter du fromage à la fruitière

Mais dis donc le Louis ! Quoi donc la Monique !

Y aura p'tre ben un stand de notre comté sur le site du comice

18/08/2018

Manon remet une corde à son arc

Depuis son enfance Manon a été au contact de chiens de traineaux. Son père est musher professionnel au sein des attelages de la Roche Percée dans les hauteurs de la forêt du Bémont. Maintenant elle propose la cani-rando (randonnée pédestre avec un chien meneur.)

Manon vient de remettre un corde à son arc en rajoutant à son activité "Manon Loisirs Nature" une activité de tir à l'arc depuis le début août. Le tir à l'arc est un sport à part entière qui peut devenir un sport olympique. Manon propose à ceux qui veulent découvrir cette activité une initiation ludique sur des cibles traditionnelles. Ensuite elle emmène le groupe sur un parcours sécurisé de 1,5 kms en pleine forêt privée à la rencontre de 10 cibles en matériau de synthèse représentant des animaux sauvages (chamois, sanglier, chevreuil ...) Les tirs à l'arc se font à une distance de 12 mètres environ. Des filets de protection en kevlar empêchent les flèches d'aller plus loin. La durée du parcours est de 2 h 30 environ.

Manon est jeune, volontaire, sympathique, très qualifiée. Venez la rencontrer et découvrir la forêt du Bémont  et le site de la Roche Percée sur les hauteurs de Pierrefontaine-les-Varans à 850 mètres d'altitude.

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_1556 (Personnalisé).JPG

Manon présente la première cible et son matériel

Image (324) (Personnalisé) (2).jpg

Comment joindre Manon

Image (325) (Personnalisé).jpg

Le site internet est en cours d'élaboration

La téléphonie mobile a du mal à passer en altitude

 

02/06/2018

Le drapeau de la discorde

Modifié le 01/06/2018

Cet hiver  un petit livre dont je serai l'auteur va sortir. Le titre pourrait être "Le drapeau de la discorde". Mais je parlerai du groupe Marius Vallet et des deux résistants espagnols fusillés et qui sont les oubliés de la nation.

________________________________________________________________________________________

Dans le cadre de la journée nationale en souvenir des déportés j'ai assisté à la cérémonie au monument aux morts de Chouzelot.

Quelle ne fut pas ma stupeur de voir la remise d'un drapeau Marius Vallet à un habitant du village dont le grand-père est mort en déportation.

Depuis des décennies le souvenir de ce groupe de résistants a été occulté au profit du souvenir du groupe Guy Mocquet. Au cours des cérémonies de fin septembre au rocher de Valmy symbole de la résistance et par après au centre du village les responsables de l'organisation parlaient du groupe Guy Mocquet mais rien sur le groupe Marius Vallet. Ce groupe était composé d'une dizaine de résistants dont 4 ont été fusillés le 26 septembre 1943 dont deux réfugiés politiques espagnols qui sont les oubliés de la nation. Une résistante de ce groupe a été déportée et a eu la chance d'en revenir. Ces dix résistants étaient épaulés dans l'ombre par certains habitants qui l'on devait considérer, à juste titre, comme membres de ce groupe. L'un d'entre eux est mort en déportation en 1944.

Alors ce 29 avril un drapeau est apparu ! 1 personne a voulu ce drapeau (appuyé par la municipalité et par le responsable de l'autre groupe) mais sans en parler aux familles des résistants fusillés. Il aurait été logique d'en parler ensemble et aussi que toutes les familles soient invitées à cette remise de drapeau.

A la fin de cette cérémonie le porte-drapeau auto-proclamé s'est trouvé dans une parodie familiale ce qui n'a pas été du goût de certains.

J'ai pris la grave décision de ne pas reconnaitre ce drapeau dans l'état actuel des choses.

N'ayant jamais été invité aux cérémonies je continuerai à me rendre le 26 septembre à 8 h 30 au rocher de Valmy pour honorer les résistants fusillés et morts en déportation ainsi qu'une visite devant les 4 poteaux d'exécution à la citadelle de Besançon.

De nombreuses notes dans ce blog parlent des résistants fusillés en 1943.

Photo Jean-Jacques Compagnon

DSC_1389.JPG

Le drapeau de la discorde

 

Affaire à suivre !

Copie du courrier envoyé à Mme le maire, au président des A/C de Quingey.

Madame le maire, Monsieur le président des A/C du canton de Quingey
 
J’étais présent dimanche 29 avril à la cérémonie pour la journée nationale des déportés au monument aux morts de Chouzelot.
A ma plus grande stupéfaction j’ai vu la remise du drapeau Marius Vallet au petit-fils d’un déporté du village mort en déportation.
Qui a voulu ce drapeau ? Qui était au courant de ce drapeau ? Qui en a approuvé sa réalisation ? On ne ne parle même pas du financement (fond personnel, subvention de plusieurs associations, administration communale et même d’une banque locale)
Il aurait été nécessaire ou même obligatoire d’en parler avec les membres de la famille, dont je fais partie, des membres du groupe Marius Vallet fusillés (ils étaient 4) en septembre 1943 et des déportés (ils étaient 2) dont un est mort en déportation.
A cette journée nationale des déportés il y avaient eu beaucoup d’invitations : politiques locaux et départementaux, famille Marius Vallet des Verrières-de-Joux qui avait donné son nom à la création du groupe par Saturnino Trabado, associations et famille du déporté mort au camp en 1944. Au cours de cette cérémonie un valeureux combattant a reçu le TRN agrafe Algérie. Mais aucune invitation envers les familles des 4 fusillés dont un originaire du village. Chacun a en mémoire la parodie familiale autour du drapeau et de son porte drapeau à la fin de la cérémonie.
On se retrouve avec le même phénomène lors des cérémonies de fin septembre à Larnod. Qui doit être invité mais qui ne doit pas être invité !
 
Face à cette stupéfaction et découvrant l’intérêt de certains je prend la grave décision de refuser de reconnaitre ce drapeau dans l’état actuel des choses.
 
Toutefois je ne ferme pas totalement le contact. Je propose donc une réunion entre les intéressés pour préparer la présentation du drapeau à toutes les familles des membres du groupe Marius Vallet lors de la cérémonie de fin septembre. Cérémonie à la quelle toutes ces familles devront être invitées et où je demanderai la parole pour parler du groupe Marius Vallet dont les deux espagnols qui sont les oubliés par la nation française.
 
Salutations distinguées.
 
Jean-Jacques Compagnon
1 rue du Centre
25510 DOMPREL
 
03.81.58.35.54
06.82.97.97.72
 
Copie pour informations à : mairie Larnod, Avanne et Cessey, Famille Marius Vallet (par courrier postal), familles des 4 fusillés et déportés : Trabado (2), Robledo (1), Compagnon (9), président cantonal du souvenir français, ONAC 25, Flo Torrès-Nenning dont le père Jean Torrès, lui aussi réfugié politique espagnol, a été le compagnon de lutte des membres du groupe Marius Vallet, Cécile auteur du livre “Je vais être fusillé ce matin”, correspondante locale ER, président amicale Guy Mocquet et son porte drapeau.
 

 

21/04/2018

Des chambres d'hôtes en milieu rural

Il a osé et il a réussi sa reconversion. Thomas, après 21 ans dans l'armée française et quelques années dans la sécurité en Suisse, est revenu à ses premières idées quand il a acheté une vieille ferme à Vellerot-les-Vercel : créer des chambres d'hôtes dans le grenier et la grange. Un très grand logement au RDC avec notamment des voutes dans la pièce centrale et des encadrements de passage de portes rainés qui font penser au travail des moines il y a plusieurs siècles. Il est vrai que l'origine de cette ancienne ferme remonte à 1636. Mais ça c'est la partie privative de la famille.

Il y a un an Thomas, après des études de faisabilité, de financement, a décidé de transformer les 200 m2 de disponible en 3 chambres d'hôtes avec un grand hall d’accueil comprenant coin convivial, sauna, jacuzzi. Un an après le résultat est là. L’ouverture se fera le 23 avril. L'ensemble se nomme "La Boucotte" et les chambres "Séquoïa", "Epinette "et "Agathis", des noms qui sentent bon les résineux du Haut Doubs(bon les pointus diront oh oh les séquoïa ne sont pas du Haut Doubs). Des chambres d'hôtes en plein milieu du tourisme vert aux portes du pays du Haut Doubs sans oublier la présence de Louis Pergaud auteur de la Guerre des Boutons et instituteur dans le village voisin de Landresse en 1906/1907.

Ces chambres d'hôtes avec télévision et accès internet gratuit sont recensées par Doubs Tourisme, Destination Loue/Lison et Clés Vacances qui a attribué, après de nombreuses visites, 4 clés sur 5.

Vous pouvez contacter Thomas sur le site internet www.la-boucotte-vellerot-les-vercel.fr, page facebook @deuck25, par téléphone 06.10.82.31.52.

Bienvenue à Vellerot-les-Vercel !

Document La Boucotte

Image (299) (Small).jpg

Image (302) (Small).jpg

 

Image (300).jpg

Image (301).jpg

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_1381 (Personnalisé) (2).JPG

L'entrée

DSC_1375 (Personnalisé) (2).JPG

Le sauna

DSC_1382 (Personnalisé).JPG

La chambre Séquoïa

DSC_1378 (Personnalisé) (2).JPG

La hall d’accueil avec le coin détente café, le sauna et le jacuzzi

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

31/03/2018

La pollution aux bords de routes ou sur les parkings

Même les bords de routes et les parkings ne sont pas épargnés. Un sympathique parking ombragé au croisement des D 31 et 470 sur la route Pierrefontaine-les-Varans/Avoudrey avait subit depuis longtemps la bêtise humaine. De nombreux déchets ménagers, boites de conserves non ouvertes et gondolées, pièces automobiles, cartons de livraison ... étaient là depuis un certain temps. Et ça incitait d'autres usagers à faire aussi des dépôts. La forêt de bordure n'a pas été épargnée.

Il aura fallut récemment un article de presse pour que les choses bougent. N'en déplaise au maire qui avait soi disant prévenu le conseil départemental gestionnaire des routes et des parkings et qui, plus est, a rouspété car ce dépotoir avait été situé à tort (dans l'article) sur cette commune alors que, en réalité, c'était sur la commune voisine et  limitrophe. Dont acte ! De plus l'article de presse a été fait à la demande d'un conseiller municipal de la première commune.

Toujours est il que l'employé communal de cette commune limitrophe est intervenu et a fait place nette. Si l'emprise de ce parking est bien sur la commune limitrophe sa gestion ainsi que la route départementale appartient au conseil départemental. Bon la commune veut donner une bonne image de marque sur son territoire.

D'autre part l'examen des cartons de livraison a révélé le nom du transporteur, de l'expéditeur (fabricant de matériel numérique et audiovisuel) avec le code client de livraison. Toutes les photos prises ont été transmises aux services compétents.

Il y a bien des années ce parking était bien accueillant avec une table de pique nique et un poubelle sur pied qui n'existent plus !

Photos Jean-Jacques Compagnon

DSC_1363 (Personnalisé).JPG

Avant et ça durait depuis longtemps

DSC_1367 (Personnalisé).JPG

Après le nettoyage, la nature présente un autre aspect.

Dommage que le transformateur soit tagué !