Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2021

Disparition inquiétante en cours de randonnée au Piton de la Fournaise. Une randonnée à ne pas prendre à la légère

Modifié le 12 août 2021 vers 14 h30

Annonce faite sur tous les médias ce jeudi matin 12 août 2021 :

La famille de Brigitte Ligney arrête officiellement les recherches qu'elle avait entamées le 30 juillet à la suite des recherches faites par toutes les autorités  de l'ile de la Réunion et rentre en métropole sans avoir retrouvé le corps de Brigitte.

Un jour le squelette sera retrouvé (voir ci-dessous)

 

Modifié le 12 aout 2021 à 06 h 30

Une randonneuse  anglaise de 37 ans était portée disparue dans les Pyrénées espagnoles depuis octobre 2020. Elle était en solo. Son compagnon a fait de très nombreuses recherches après les recherches officielles. D'autres randonneurs ont découvert tout récemment (lundi 9 août) coté français des effets nécessaires à la randonnée dans un endroit difficilement accessible. Ces affaires appartenaient à la randonneuse; L'analyse des ossements a confirmé l’identité de la randonneuse. Certains de ces ossements ont été déplacés apparemment par des animaux sauvages tels que des ours.  L'origine du décès n'est pas connue officiellement mais pourrait être sans aucun doute une chute ayant provoqué de nombreuses fractures aggravées par une température nocturne  négative.

Photo Internet et PGHM

Esther.jpg

Esther a été retrouvée 10 mois après sa disparition

______________________________________________________________________________________________________________________________________

Toutes randonnées dans des sites ardus et compliqués peuvent générer des difficultés pouvant aller jusqu'à une disparition  totale.

Depuis le 26 juillet une sexagénaire partie en randonnée sur un des GR conduisant au Piton de la Fournaise en passant par le piton Bert sur l'ile de la Réunion ne donne plus signe de vie. Son mari qui avait quelques longueurs de retard s'est arrêté face aux difficultés, s'est abrité et dès le lendemain a pu joindre le PGHM qui est venu le récupérer. C'était à 2200 mètres. Mais aucune trace de son épouse.

Ses enfants sont venus depuis le Haut Doubs et participent aux recherches avec la gendarmerie, la population et les fins connaisseurs de ce site. Mais au bout de 11 jours il n'y a plus d'espoir de la retrouver en vie (chute dans des crevasses, température négative la nuit même en zone de moyenne montagne ...).  Certes cette sexagénaire était partie avec un petit sac à dos contenant 4 barres chocolatées, une bouteille d'eau et une couverture de survie mais ne portait pas de vêtements et d'équipements adaptés pour ce type de randonnée menant au volcan à plus de 2600 mètres en altitude. C'était la 1re fois qu'elle venait à La Réunion. Elle a voulu s'engager pour découvrir cette mythique randonnée  sans en connaitre les difficultés et la dangerosité. Une randonnée à ne pas prendre à la légère.

Les recherches continuent et devraient permettre la découverte de la randonneuse.

Alain Bertil, un photographe spécialisé dans les volcans actifs, a livré ses impressions au journal Le Quotidien de la Réunion et vous verrez ci-dessous des extraits de son interview.

Photos et extrait article pris  sur le site numérique du journal "Le Quotidien de la Réunion" du 5 août 2021.

Au Piton de la Fournaise.jpg

Alain Bertil au Piton de la Fournaise

Le site du volcan est particulièrement apprécié des touristes et des Réunionnais. Mais selon vous, est-ce un site dangereux ?
– Le terme dangereux n’est pas la qualification de ce site que je mettrais en avant au préalable. Notre Piton de la Fournaise est fascinant, il a une célébrité mondiale, de par sa beauté et aussi ses nombreuses éruptions. Ses éruptions ne sont pas dangereuses, justement, puisqu’il s’agit d’un volcan rouge et donc effusif, bien loin de la dangerosité des volcans gris, explosifs. Maintenant est dangereux tout ce qui est fait imprudemment, comme une conduite routière non respectueuse des autres par exemple, ou toute autre activité menée sans les connaissances requises ou la prudence à observer. Dans cette optique, notre volcan peut devenir dangereux, puisqu’il y a des erreurs qu’il ne pardonne pas. Et on dira que l’erreur vient toujours de l’humain.

Quel type d’erreurs peut commettre un randonneur ?
– C’est de négliger le fait que ce volcan se situe à une altitude de moyenne montagne, à laquelle des situations rencontrées peuvent s’avérer létales, carrément, si on n’y est pas préparé ou qu’on manque d’équipement pour y faire face. Autre type d’erreur : se croire suffisamment en forme pour affronter tous types de situations, alors qu’une baisse subite de température peut entraîner une hypothermie contre laquelle on peut difficilement lutter si on n’a pas les équipements nécessaires. Il y en a d’autre encore mais on ne va pas ici en faire un listing exhaustif.

Brigitte Ligney - Copie.jpg

                                          Au départ du GR menant à 2632 mètres en passant par le piton Bert

Ce dernier paragraphe ci-dessus est parfaitement explicite

Photos DR/Gendarmerie La Réunion sur site numérique Est Républicain

Gendarmerie.jpg

Dans la grisaille de la montagne

Gendarmerie 2.jpg

Dans la grisaille de la montagne

Gendarmerie 3 Recherches dans des conditions dantesques.jpg

Recherches dans des conditions dantesques

photo-1627497851 (Personnalisé).jpg

Le sommet de La Fournaise à 2632 mètres

 

 

Écrire un commentaire